Bilan

Coronavirus: demandes déposées pour une 3e dose de vaccin

Swissmedic examine actuellement un éventuel feu vert à l'administration d'une troisième dose de vaccins contre le Covid-19 de Pfizer/BioNtech et de Moderna. Pour l'heure, il n'y a toutefois aucun besoin pressant d'administrer un vaccin de rappel, selon la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV).

Swissmedic examine la sécurité et l'efficacité de ces troisièmes doses à l'aune des données cliniques qui lui ont été transmises.

Crédits: DR

Les entreprises pharmaceutiques Pfizer et Moderna ont déposé la semaine dernière une demande portant sur une 3e dose de vaccin (rappel ou "booster"). Swissmedic analyse les données reçues sur ces demandes de modification des recommandations posologiques, écrit l'institut suisse des produits thérapeutiques jeudi.

Actuellement, les vaccins contre le Covid-19 de Moderna et de Pfizer sont autorisés en Suisse pour les personnes âgées de 12 ans et plus, et sont tous deux administrés à raison de deux doses.

Swissmedic examine la sécurité et l'efficacité de ces troisièmes doses à l'aune des données cliniques qui lui ont été transmises. L'institut voit si les informations à sa disposition suffisent pour élargir l'indication en question.

Stimuler la mémoire immunitaire


Un rappel consiste en une dose supplémentaire de vaccin qui est administrée après un certain temps aux personnes ayant achevé la primovaccination, afin de stimuler leur mémoire immunitaire. Des doses de rappel seraient nécessaires dès lors que la protection après la primovaccination complète ne suffirait plus pour éviter des évolutions graves de la maladie du Covid-19.

Les données cliniques actuelles à propos des vaccins utilisés en Suisse et les enseignements tirés d'études d'observation démontrent que la protection contre les formes graves de la maladie, qui est acquise après deux doses, se maintient.

La Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) estime donc qu'il n'y a actuellement aucun besoin pressant d'administrer des doses de rappel à l'ensemble de la population.

Les vaccins contre le Covid-19 protègent d'une infection ou des symptômes légers de la maladie grâce à des anticorps neutralisants qui se trouvent dans le sang ou sur les muqueuses du système respiratoire. Lors d'un nouveau contact avec le pathogène, l'organisme le reconnaît et empêche la maladie de se déclarer ou de causer des symptômes graves.

Durée de la protection vaccinale


La quantité de ces anticorps diminue lentement après les deux injections réalisées dans le cadre de la primovaccination. La protection contre une infection/atteinte asymptomatique ou à symptômes légers diminue, mais la protection contre les évolutions graves de la maladie, hospitalisations comprises, reste acquise pendant une durée plus longue.

En effet, la vaccination complète déclenche la production d'anticorps, mais aussi la fabrication de cellules mémoire B et de cellules T, qui sont essentiellement celles qui protègent contre les maladies graves. Ces cellules sont réactivées après un contact avec le virus et sécrètent de grandes quantités d'anticorps qui, à leur tour, luttent rapidement et efficacement contre le pathogène.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."