Bilan

Comptes financiers 2012: forte hausse des actifs et passifs de tous les secteurs

En 2012, les comptes financiers de la Suisse ont été à nouveau été marqués par les achats de devises importants de la Banque nationale suisse (BNS). Le marché des actions a lui aussi contribué à la progression.

Les achats de devises par la BNS ont gonflé de 56 milliards de francs ses dépôts transférables, qui ressortent à 86 milliards.

Crédits: DR

En 2012, les comptes financiers de la Suisse ont été à nouveau été marqués par les achats de devises importants de la Banque nationale suisse (BNS), pour défendre le cours plancher de 1,20 franc pour un euro. Le marché des actions a lui aussi contribué à la progression.

Les interventions de la BNS ont eu pour résultat une forte augmentation de ses placements de devises et des avoirs à vue qu'elle détient, indique jeudi l'institut d'émission. En raison du taux plancher, les cours de change n'ont eu que peu d'impact sur la variation des actifs et passifs financiers.

A fin 2012, le stock total des actifs dans tous les secteurs en Suisse s'élevait à 8822 milliards de francs, contre 8071 à fin 2011. La somme des passifs a, elle, atteint 7905 milliards, après 7208 milliards une année plus tôt.

Les cours des actions ont connu une hausse sensible, qui a profité aux actifs des investisseurs et, du côté des passifs des sociétés, au poste "actions et autres participations". Dans l'ensemble la structure des différents secteurs n'a toutefois pas changé.

Essor des hypothèques

Dans le secteur des sociétés financières (BNS, banques commerciales, sociétés de financement et de gestion de fortune, assurances et caisses de pensions) les actifs totalisaient 5324 milliards de francs et les passifs 5094 milliards à fin 2012.

Les achats de devises par la BNS ont gonflé de 56 milliards de francs ses dépôts transférables, qui ressortent à 86 milliards. Des mesures ordonnées par les banquiers centraux ont aussi fait grimper les dépôts des banques commerciales, pour l'essentiel leurs liquidités auprès de la BNS.

Les actifs financiers des ménages et des institutions à but non lucratif au service de ces derniers ont bondi à 2108 milliards de francs (+97 milliards sur un an), à la faveur des marchés boursiers. Du fait de l'essor des prêts hypothécaires, leurs passifs se sont aussi étoffés, à 741 milliards.

Gains pour la Confédération

Du côté des administrations publiques (Confédération, cantons, communes et assurances sociales), les actifs ressortent à 252 milliards à fin 2012, soit 20 milliards de plus sur un an. Ils reflètent entre autres une part accrue aux fonds propres de la BNS et un gain pour la Confédération sur sa participation dans Swisscom. Les passifs portaient quant à eux sur 296 milliards.

Pour les sociétés non financières, qui en 2012 incluent encore PostFinance, les passifs, supérieurs aux actifs, ont crû à 1775 milliards, résultat pour l'essentiel de l'augmentation des fonds propres. Les actifs se sont établis à 1138 milliards.

Aux stocks en Suisse s'ajoutent ceux à l'étranger. Les actifs helvétiques dans le reste du monde ont enflé à 3722 milliards, du fait de la bonne tenue des marchés des capitaux. Les passifs envers l'étranger se sont fortifiés à 2856 milliards, portés par les achats d'actions par l'étranger et les dépôts de la clientèle étrangère dans les banques du pays.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."