Bilan

Comment vendre son jeu vidéo?

Les joueurs américains ont dépensé 36 milliards de dollars l’an dernier. En Suisse, le chiffre d’affaire total grimpe à 234 millions de francs. L’industrie du jeu vidéo va bien, grâce à des modèles économiques toujours plus réfléchis.
  • Les modèles économiques choisis par les éditeurs s'adaptent à tous types de clients.

    Crédits: DR
  • La grande majorité des joueurs se contente du gratuit.

    Crédits: Kunnskapsverket, Norvège

Qu’ils jouent à la manette, au clavier ou avec leurs smartphones et tablettes, les joueurs sont toujours plus nombreux. L’industrie du jeu vidéo ne finit pas de grandir. Il y en a pour tous les goûts, avec des titres axés stratégie ou action, dans des mondes médiévaux ou futuristes. Quant au modèle économique, il suit les habitudes de consommation. Tour d’horizon des principaux business models des éditeurs.

Lire aussi: «Après Pokémon Go, Niantic veut envahir nos rues avec Harry Potter»

Modèles économiques des studios français en 2017

Dans son baromètre annuel, le Syndicat National du Jeu Vidéo (SNJV) français a observé des changements de stratégie de la part des studios français.

Freemium

Modèle par excellence sur les jeux mobiles, le freemium consiste à avoir une partie gratuite et une partie payante. Sans débourser son argent, le joueur peut avancer dans le jeu. Cependant, ses progrès seront plus lents que ceux d’un joueur qui paye. Pour compenser cela, des publicités peuvent remplacer le paiement direct des utilisateurs. Dans l’idée, tout le monde est satisfait et chacun choisit sa voie. Dans les faits, ce concept tire parfois sur le «pay to win». Il avantage ceux qui payent au point d’obliger tout le monde à mettre de l’argent pour espérer rivaliser. Si les publicités sont largement présentes dans ce modèle, c'est en raison d'une donnée importante: difficile de pousser le joueur à mettre les premiers centimes.

La grande majorité profite du gratuit. Seul un nombre restreint décide d’investir dans ces jeux. De plus, les coûts marketing sont à prendre en compte. Ryan Morel, expert en publicité, écrit comme conseil aux utilisateurs des produits Adobe :«Le coût moyen pour acquérir un utilisateur d’iPhone aux USA dépasse 1.50$. L’acquisition d’utilisateur d’iPad approche les 2.50$. Pour Android, c’est environ 1.25$».

Buy to play

Il règne en maître sur les jeux consoles depuis des années. Le buy to play (abrégé B2P) consiste à payer une somme pour avoir le jeu dans son entier. Des franchises comme God of War, Call of Duty ou The Witcher utilisent notamment ce modèle. Pour cinquante, soixante ou septante francs, le joueur dispose du contenu entier, et il n’a pas besoin d’acheter des objets dans la boutique du jeu pour progresser plus rapidement. Black Ghost Studio, à Genève, privilégie ce modèle pour la sortie de son prochain jeu. Il sera question de combats, et le joueur choisit son personnage. Tous sont débloqués, et l’un des créateurs du jeu évoque une question d’image. «A force de le pousser à dépenser, le joueur va sentir le truc», affirme Ismail Benjelloun, CEO de Black Ghost Studio.

DLC

Le contenu téléchargeable est un point délicat dans le modèle économique des jeux vidéo. Parfois gratuit, souvent payant, il permet à l’éditeur de rajouter du contenu supplémentaire. Les équipes continuent de travailler sur le jeu, et sont donc rémunérées avec l’argent engendré par les ventes de contenu additionnel. L’un des exemples les plus marquants: Train Simulator. Le joueur incarne un conducteur de trains, et le jeu compte 457 DLCs. La somme totale de tous les contenus dépasse les 5000 francs suisse.

Cependant, les DLCs (pour downloadable content) présentent un risque majeur. Celui de volontairement ôter des contenus du jeu, pour les ajouter plus tard. Le contenu téléchargeable a pour but de proposer une expérience supplémentaire au joueur.

Abonnements

Les jeux en ligne massivement multijoueur (MMO) sont les maîtres en matière d’abonnements. Les MMO jouent sur la fidélité de leur public. Le mastodonte en la matière est World of Warcraft, du studio Blizzard. L’abonnement coûte environ 11 euros par mois. L’avantage ? «L’équipe est constamment là. Le service compense la somme mensuelle» raconte Ismail Benjelloun. Le support technique est disponible à toute heure, les serveurs de jeu sont régulièrement entretenus. Leader du domaine depuis plus de 10 ans, World of Warcraft publie des extensions pour prolonger la durée de vie du jeu. Le nombre d’abonnés s’en ressent, et ces nouveaux contenus parviennent généralement à raviver la flamme. 

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."