Bilan

Comment réintégrer les jeunes sur le marché de l'emploi?

Suite à la crise de 2008, les jeunes ont été marginalisés sur le marché de l'emploi. Une évolution risquée pour la société, avertit Christine Lagarde. Mais la directrice générale du FMI avance quelques pistes pour contrer ce décrochage générationnel.

Christine Lagarde a mis en garde contre le danger pour les pays européens d'une exclusion des jeunes du marché de l'emploi.

Crédits: Keystone

Précarité, pauvreté, exclusion,... et si ces phénomènes touchaient prioritairement les jeunes en Europe? C'est la question que s'est posée le Fonds monétaire international (FMI). Et avec son étude Inequality and Poverty across Generations in the European Union publiée cette semaine en marge du sommet annuel du World Economic Forum (WEF) à Davos, ses chercheurs ont mis le doigt sur un phénomène inquiétant: ce sont les jeunes qui ont le plus souffert de la crise économique de 2008 et leur intégration sur le marché de l'emploi et plus globalement dans la société s'en est trouvée handicapée.

Lire aussi: Jeunes: le drame du chômage et de la précarité

Pour la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, qui pilote avec six autres femmes cette édition 2018 du WEF, le situation est critique. «Il y a deux indicateurs majeurs qui témoignent de cette exclusion des jeunes: revenus médians et taux de pauvreté. Si on regarde le revenu médian des jeunes, il a reculé suite à la crise: stable pour les 18-24 ans des 27 pays de l'Union européenne en 2009, il a reculé de 2% en 2010, de 3% en 2011 et 2012, de 4% en 2013 et de 3% en 2014, alors que celui des 65 ans et plus a dans le même temps augmenté de 5% en 2009, 6% en 2010, 4% en 2011, 7% en 2012, 6% en 2013 et 8% en 2014», constate Christine Lagarde. Pour elle, l'explication est à chercher majoritairement «dans un taux de chômage qui a explosé chez les jeunes tandis que les montants des retraites ont augmenté pour les aînés».

Chômage des jeunes dans l'UE entre 2000 et 2016

Emplois précaires et stages en hausse

Le constat est similaire en prenant en compte le poids des 18-24 ans et des 65 ans et plus dans la population pauvre de ces mêmes 27 pays sur la période: «Les taux étaient similaires en 2005 et 2006, autour de 19 à 20%, mais dès 2008 le fossé se creuse: les 18-24 ans représentent 21% de la population sous le seuil de pauvreté contre 16% pour les 65+ en 2010, 23% contre 14% en 2012 et même 24% contre 13% en 2014», assène la directrice générale du FMI. Et d'ajouter que «c'est un phénomène qui touche l'ensemble des 27 pays de l'Europe, avec des variations mais la tendance est générale».

Pauvreté par classe d'âge en Europe entre 2005 et 2016

S'appuyant sur les résultats de ses équipes de recherche, elle explique le phénomène: «Durant cette période, les emplois précaires et les stages à répétition sans emploi au bout se sont multipliés pour les jeunes, rendant plus difficile la stabilité, l'intégration dans le monde du travail et donc les projets de long-terme». Confrontées à la crise, les employeurs ont levé le pied sur les embauches, notamment en CDI, et préféré des solutions plus flexibles pour eux, mais plus précaires pour les jeunes.

Lire aussi: Christine Lagarde s'inquiète du chômage des jeunes

Cependant, Christine Lagarde réfute la vision du conflit de générations: «Ce n'est absolument pas "eux contre nous": les seniors ont besoin des jeunes et une société ne peut durer si ses générations s'affrontent». Et de regretter que «de nombreux jeunes ayant des projets ou des rêves n'en sont plus à les remettre au lendemain mais à les enterrer, perdant tout espoir d'avenir».

Pour s'extirper de ce piège, elle et les chercheurs du FMI perçoivent cependant des pistes de travail. Et de citer trois exemples de politiques qui ont permis de lutter contre cette exclusion grandissante des jeunes: «L'Allemagne, avec des programmes de formation ambitieux et un marché du travail flexible incitant à réaliser des embauches en CDI est un bon élève qui affiche l'un des plus bas taux de chômage des jeunes dans les 27 pays de l'UE; le Portugal a mis en place des réductions fiscales sur la main-d'oeuvre jeune, relançant l'employabilité des jeunes. La France a lancé des mesures incitatives à l'embauche dont les premiers effets se font sentir».

De ces exemples, le FMI retient trois axes majeurs de réflexion: le marché du travail («Baisser les taxes sur les bas salaires permet d'embaucher facilement des jeunes, à condition que cette mesure soit accompagnée d'un investissement massif dans la formation», dixit Christine Lagarde), la protection sociale («Proposer une meilleure couverture sociale incite les jeunes à accepter plus vite des emplois, sans crainte de la suite»), et la fiscalité («Une fiscalité plus progressive se révèle bénéfique pour les jeunes en optimisant leurs revenus sans obérer les dépenses des entreprises»). Un cocktail miracle? A doser selon les situations nationales et régionales, avertit la directrice générale du FMI pour qui «chaque politique doit s'adapter à son contexte».

La reprise offre des opportunités d'action

Et le contexte global justement est de plus en plus favorable. Le redémarrage de la croissance en Europe ces derniers mois offre aux dirigeants des opportunités: «Quand la croissance revient, nous disposons d'un contexte optimal pour combler le fossé générationnel. Certes, l'Europe connaît une croissance moindre que le niveau planétaire. Mais la hausse du PIB est là».

Un appel à l'action que Christine Lagarde assortit d'un avertissement: «Il faut oser mettre le doigt précisément là où ça fait mal. Regardons le taux de participation aux élections: les jeunes votent moins, leur taux de participation aux scrutins est 20% inférieur à la moyenne nationale dans ces pays. Et on voit les extrêmes et les solutions de repli surgir dans les urnes. L’exemple du Brexit est symptomatique».

Face à un phénomène observé dans les 27 pays de l'UE, faudrait-il dès lors envisager une solution commune, à l'échelon européen? «Il y a divers degrés d’acuité du problème en Europe, mais c’est un sujet qui touche l’ensemble des pays. Et c’est un sujet relativement récent, observé depuis la crise de 2008. Cela ferait sens que l’UE s’en empare», glisse Christine Lagarde. Mais l'ancienne ministre française se défend d'avoir présenté un focus sur un problème uniquement européen: «C’est un focus sur l’Europe car nous avons des données. Mais c’est un problème global et de nombreux pays ont intérêt à s’en préoccuper assez tôt», avertit-elle.

Lire aussi: L'Allemagne, eldorado pour les jeunes d'une Europe en crise

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."