Bilan

Comment le crowdfunding a donné vie à des entreprises

Smartwatch, apéro, design: sautant dans le train du financement collaboratif, des entrepreneurs relatent comment ils ont vu leur projet prendre vie, franc après franc. Exaltant et profondément humain.
  • Patrick Tran (à gauche) a fondé l’entreprise horlogère genevoise Hyetis avec Arny Kapshitzer.
  • La Crossbow doit réunir 500 commandes pour que le projet puisse passer dans la phase de production.
  • Laurène sillonne la ville et la campagne pour vous livrer l'apéro à base de produits locaux. Crédits: dr
  • Pour pouvoir réaliser le prototype de la table «A5», les créateurs de Peekaboo ont mis les derniers francs de leur poche.

«Il ne suffit plus de consommer. Aider à créer, c’est encore mieux», affirme Johannes Gees, fondateur de la plateforme de crowdfunding We Make It. Lever des fonds auprès de Monsieur et Madame Tout le monde bouscule les fonctionnements et permet les réalisations les plus folles. Et les entrepreneurs romands qui ont testé ce système parlent d’expérience hautement stimulante.

Patrick Tran, co-fondateur de l’entreprise horlogère genevoise Hyetis, fait partie de ceux qui ont vu leur produit littéralement prendre vie au gré des pré-commandes. Avec son partenaire Arny Kapshitzer, ils ont en effet décidé en août dernier d’utiliser le crowdfunding pour lancer la première smartwatch suisse.

«Nous avions fait des démarches auprès d’investisseurs privés et de banques. Mais personne ne voulait vraiment bouger. Et puis nous avons opté pour le crowdfunding. Mais pas via une plateforme. Juste en proposant des pré-commandes sur notre site. Après tout, les maisons s’achètent parfois sur plan!»

Avec un objectif de 500 pré-commandes pour leur modèle Crossbow à 1200 dollars pièce, c’est un sacré challenge qui s’annonce. En dix jours, la centaine est déjà atteinte. Et à fin octobre, 300 personnes ont déjà versé la somme en question pour recevoir leur montre en décembre. «A fin novembre, ce sera bouclé» prévoit Patrick Tran. La machine est lancée, Hyetis – deux employés fixes actuellement – a prévu d’embaucher 15 à 20 personnes d’ici 6 mois.

Le moyen de tester le marché

Au delà de l’aspect purement financier, la visibilité est un avantage. Voyant que les consommateurs réagissent fort – «les acheteurs sont des ambassadeurs actifs!» - les distributeurs ou investisseurs potentiels reviennent au galop. «Ce qui est intéressant dans ce projet, c’est que les personnes qui nous disaient qu’il n’y avait pas de marché sont les mêmes qui reviennent nous voir», s’amuse Patrick Tran.

Dans un tout autre registre, Laurène Target a lancé via We Make It le projet «J’apporte l’apéro». Un concept de kit apéro apporté à domicile, composé de produits artisanaux locaux. Son budget est de 3000 francs. Et grâce à 40 contributeurs, elle a atteint 4340 francs en 60 jours. Quelque 10% du montant seront reversés à la plateforme de crowdfunding.

«Bien sûr c’est un sacré coup de pouce financier. Mais c’est aussi un bon moyen de faire connaître le projet et de sonder les gens. Même sans qu’ils participent, certains m’envoyaient des mots de soutien. J’avais tout le temps ma page ouverte! J’ai eu beaucoup de retours.» Pendant les 30 premiers jours, sa petite entreprise «Chez Laurène» convainc tout doucement, avec les conseils et le soutien de la plateforme. Mais au bout d’un mois, une personne «influente sur Twitter a écrit qu’elle avait soutenu mon projet. Le lendemain, j’avais dépassé le montant dont j’avais besoin.»

Une expérience que Thierry Didot, de l’atelier de design industriel Peekaboo, a vécue un peu différemment. Ne parvenant pas tout à fait à l’objectif fixé après 45 jours, les jeunes créateurs ont «mis le dernier petit bout» eux-mêmes, pour pouvoir réaliser le prototype de la table «A5». Ils font ainsi partie des 66% des projets présentés sur We Make It qui aboutissent. «Le crowfunding est comme une histoire. Tout le monde est dans le même bateau», conclut Johannes Gees.

Camille Destraz

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."