Bilan

Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Malgré un apparent retour à la normale mardi matin à la douane de Bardonnex à Genève, les autorités affirment maintenir un dispositif de surveillance maximal. La discrétion serait privilégiée.

La coopération s'est accrue entre les autorités de la France et la Suisse.

Crédits: Keystone

Plusieurs milliers de véhicules immobilisés lundi à la douane franco-genevoise et une circulation relativement fluide mardi matin. Le contraste interroge. D’autant plus qu’Abdeslam Salah, un des instigateurs des attentats de Paris vendredi dernier est toujours en fuite quelque part en Europe, et potentiellement lourdement armé. 

«Dans un premier temps, nous avons mis en place des contrôles très visibles aux frontières, pour envoyer un signal fort à la population. Nous privilégions maintenant des dispositifs plus discrets, qui peuvent être également plus efficaces, car moins détectables», assure Michel Bachar, porte-parole du corps des garde-frontières de Genève. L’intéressé, qui se refuse à donner plus de détails, précise en outre que les ralentissements constatés lundi étaient imputables en partie à un accident autoroutier.

Avec 33 points d’entrée sur le territoire national, le canton de Genève, dont la frontière reste la plus exposée, présente une porosité particulièrement importante avec la France. Une situation qui requiert dans le contexte actuel une coopération accrue entre autorités des deux pays. «Nous sommes en contact permanent avec nos homologues français. Nous travaillons ensemble dans les locaux du Centre de coopération policière et douanière de Meyrin, et assurons aujourd’hui un maillage très serré», précise Michel Bachar. Des patrouilles mixtes sont actuellement en opération, notamment sous forme de véhicules et d’hélicoptères communs, pour observer au mieux les mouvements aux frontières. Outre les douanes routières, les contrôles s’intensifient sur l’aéroport de Cointrin, ainsi qu’en gare à Cornavin, où l’expertise suisse en matière de détection de faux papiers pourrait s’avérer déterminante.

«Dans le sens des entrées comme dans le sens des sorties»

Renforcé, le dispositif est également évolutif. «En fonction de l’information disponible, nous adaptons systématiquement les contrôles, dans le sens des entrées comme dans le sens des sorties», souligne Michel Bachar. Est-ce à comprendre que le danger se situe potentiellement déjà à l’intérieur du territoire? «Je ne peux divulguer aucune information à se sujet», tranche le porte-parole, qui estime par ailleurs que le maximum est fait pour prévenir le risque sur le sol national. «Nous avons gardé toute notre infrastructure de contrôle. La Suisse n’a pas adhéré à l’Union douanière, et nous avons toujours maintenu nos postes aux frontières et vérifié les identités», rappelle-t-il.

La situation reste susceptible d’évoluer dans les jours qui viennent. Un blocage n’est pas à exclure, tout comme un retour à des contrôles physiques de grande ampleur aux frontières, selon Michel Bachar, qui envisage toutes les hypothèses: «Pour l’instant, nous pouvons faire face. Néanmoins, si la situation le nécessitait, et sous réserve d’acceptation du politique, nous n’hésiterions pas à solliciter une aide extérieure, voire l’assistance de l’armée.» 

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
En Suisse, les femmes peinent à accéder aux postes décisionnels

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."