Bilan

Christophe Darbellay dénonce le chantage américain

Les nouvelles exigences américaines dans le conflit fiscal irritent le président du PDC, qui n'hésite pas à les qualifier de chantage.
Christophe Darbellay estime que les nouvelles exigences américaines ne sont qu'une escalade du conflit en cours. Pour le président du PDC, le Conseil fédéral ne peut pas s'engager au sens où le souhaitent les autorités américaines.

«Nous savons depuis le début que, sans base légale, comme le proposait la Lex USA, la Suisse ne peut donner aucune garantie aux Etats-Unis au sujet des données bancaires», a-t-il déclaré au Tages Anzeiger.

Quant à la clause guillotine exigée par les Américains, comme l'affirme la NZZ, sa réponse est très claire: «C'est du chantage. La Suisse est un pays de droit avec une séparation des pouvoirs.»

(Développement suit)

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."