Bilan

Chiffres record en 2018 pour le commerce extérieur de la Suisse

Les exportations suisses n'ont pas trop souffert des incertitudes économiques mondiales en 2018. Elles ont terminé sur un chiffre de 233,1 milliards de francs. Les importations ont aussi augmenté.

Les principaux secteurs sont l'industrie chimique et pharmaceutique ainsi que celle des machines et de l'électronique.

Crédits: DR

Le commerce extérieur de la Suisse s'est joué des incertitudes économiques mondiales l'an dernier. Alors que les exportations helvétiques ont affiché à 5,8% en glissement annuel leur plus forte hausse depuis 2010, à un record de 233,1 milliards de francs, les importations en ont fait de même, gagnant 8,6% à 201,8 milliards.

Au final, l'année sous revue s'est achevée sur une balance commerciale excédentaire de 31,3 milliards de francs, en baisse de 3,49 milliards au regard de 2017, indique mardi l'Administration fédérale des douanes (AFD). En termes réels, soit corrigés de l'inflation, les exportations ont progressé de 1,2% et les importations de 6%. L'évolution trimestrielle s'est cependant révélée disparate.

Côté envois à l'étranger, l'expansion observée durant les premier et deuxième trimestres a fait place à une nette baisse durant le troisième quartile, avant d'achever l'année sur une période octobre - décembre en hausse de 6,3%. La croissance des importations a, elle, entièrement reposé sur la première partie d'année, celles-ci essuyant un tassement à un haut niveau durant le second semestre.

La force de la pharma et de la chimie

Les principaux secteurs ont contribué au développement favorable des exportations. L'industrie chimique et pharmaceutique a fait honneur à son rang de première branche exportatrice, ses envois bondissant de 5,8% ou 5,7 milliards à 104,3 milliards de francs. Les ventes de médicaments se sont en particulier envolées de 8,9% à 44,32 milliards.

Nette progression des instruments de précision

Deuxième contributrice aux livraisons à l'étranger de la Suisse, l'industrie des machines et de l'électronique a vu ses envois s'étoffer de 4,6% ou 1,4 milliard de francs à 33,51 milliards. A noter toutefois, qu'elle a subi un tassement de 1,6% en termes réels. Quant aux exportations horlogères, elles se sont inscrites à 21,17 milliards, en progression de 6,3%.

Parmi les principaux secteurs exportateurs, celui des instruments de précision, qui comprend notamment les instruments et appareils médicaux, a présenté la plus forte croissance, ses livraisons gagnant pas moins de 7,4% à 16,8 milliards de francs. Mais toutes branches confondues, la palme revient à celle des textiles, de l'habillement et des chaussures, à la faveur d'un envol de 15,8% à 4,86 milliards.

L'année sous revue s'est cependant achevée sur un repli. Sur le seul mois de décembre, les exportations se sont tassées de 3% à 18,57 milliards de francs. A l'exception de la bijouterie et joaillerie (+18,9%) et des instruments de précision (+0%), tous les secteurs ont essuyé une baisse.

Ventilées selon les régions, les exportations helvétiques ont crû sur tous les continents. Les envois vers l'Europe, premier partenaire commercial de la Suisse ont progressé de 4,2% à 127,63 milliards de francs. Pour la seule Union européenne, la hausse s'est inscrite à 3,9%, alors qu'elle a accéléré à 6,8% (à plus de 103 milliards) pour la zone euro, laquelle comprend les principaux clients de l'économie suisse.

Envol des envois vers les Pays-Bas

Les envois à destination du premier d'entre-eux, à savoir l'Allemagne, ont augmenté de 3,6% à quelque 43 milliards de francs. Les exportations vers la France ont crû à un rythme supérieur, soit de 5,1% à 14,73 milliard. Tous pays confondus, la plus forte hausse est revenue aux Pays-Bas, les livraisons s'y envolant de plus de moitié (+51,5%) à 7,76 milliards, dopées par les produits pharmaceutiques.

En Europe, de fortes expansions sont aussi à mettre au compte de l'Irlande (+40% à 1,38 milliard de francs), de la Pologne (+19,9% à 2,67 milliards) et de l'Espagne (+16,8% à 6,74 milliards). En revanche, dans le contexte du Brexit, les exportations vers le Royaume-Uni ont dégringolé de 22,9% à 8,78 milliards.

Parmi les trois principaux marchés, l'Amérique du Nord a aussi cartonné (+11,6% à 41,6 milliards de francs), un dynamisme qui a reposé sur les Etats-Unis (+12,3%), vers lesquels les exportations helvétiques ont atteint un niveau inédit de 37,93 milliards.

L'Asie a pour sa part progressé à une cadence similaire à celle de l'Europe (+4,4% à 50,25 milliards de francs). L'AFD relève en particulier les fortes hausses des envois vers Hong Kong (+11,2%) et la Chine (+6,8% à 12,18 milliards). En Amérique latine, les produits helvétiques ont aussi eu le vent en poupe, notamment au Brésil (+17,8%).

A l'importation également, la croissance a été largement soutenue, les principaux secteurs confirmant le dynamisme entamé dès 2015. La bijouterie et joaillerie a survolé les débats, avec une hausse de deux cinquièmes. Les arrivages de métaux se sont accrus d'un dixième. Le poids lourd à l'entrée, les produits chimiques et pharmaceutiques, a vu ses achats grimper de 7,3%, pendant que le secteur machines et électronique progressait de 5,5%.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."