Bilan

Ce que recherchent les jeunes sur le marché du travail

Le salaire et les avantages, le télétravail ou encore les perspectives futures: divers critères paraissent importants aux yeux des jeunes professionnels. Academic Work et MIS Trend ont réalisé une étude pour définir précisément ce que recherchent les jeunes.

Pour que les jeunes professionnels soient heureux, l'entreprise doit répondre à plusieurs critères.

Crédits: DR

La robotisation ne les effraie pas spécialement, le télétravail est nécessaire et le feedback régulier est le bienvenu. Ce sont autant d’observations relevées par l’étude d’Academic Work, réalisée en collaboration avec M.I.S. Trend. Une étude qui s'intitule Young Professionnal Attraction Index 2019, publiée le mardi 15 octobre.

L’argent en premier lieu

Le salaire ainsi que les différents avantages restent primordiaux pour les jeunes professionnels. Selon l’étude, 58% des sondés – hommes comme femmes – le juge comme essentiel. Si ce critère était en troisième place des populations lors du précédent sondage l’an dernier, il a gagné du rang.

Par contre, l’étude relève une différence de genre puisque 70% des hommes étudiants placent le salaire en tête de liste des préoccupations. Lorsqu’ils deviennent employés, ils sont cette fois 57%. La tendance inverse s’observe chez les femmes, qui ne mentionnent pas en premier lieu le salaire en tant qu’étudiante. Près de 53% d’entre elles le fond, tandis qu’elles sont 60% à le faire une fois en poste.

A noter que les jeunes étudiants et professionnels du milieu de l’IT sont plus à même de mentionner le salaire comme critère important que les autres.

Second critère le plus cité : le développement ou évolution au sein de l’entreprise. L’étude précise qu’il s’agit à la fois de montée dans la hiérarchie – et dans le management – que en termes de compétences. 57% des sondés ont cité ce critère. Le troisième critère le plus important séduit la même proportion de personnes interrogées. 57% d’entre elles estiment que l’environnement de travail ou les collègues sympathiques font partie des critères essentiels en cherchant un employeur.

Crédits: Academic Work.

Ces trois critères sont des classiques, qui sont bel et bien ancrés dans le classement étude après étude. Cependant, de nouvelles préoccupations surgissent, et notamment autour du développement durable. L’étude d’Academic Work et M.I.S. Trend voit arriver le critère de l’emplacement géographique de l’entreprise, mais aussi les formations qui y sont proposées ou encore l’engagement social.

Télétravail: quatre sur 5

Un peu plus de quatre jeune professionnel sur cinq aimerait avoir la possibilité de faire du télétravail. 39% le souhaitent de temps en temps, 36% régulièrement et 6% tout le temps. Quant à la manière de travailler, le bureau fermé pour son équipe ou soi-même séduit davantage que l’open-space à 38% contre 30%.

Le temps partiel est désormais préféré au temps plein. 52% des sondés ne veulent pas d’un travail à 100%. La plupart favorise une semaine à 80%. Cependant, une question se pose avec la possibilité d’exercer une autre activité professionnelle. Presque une personne sur quatre a déclaré vouloir combiner plusieurs postes. L'étude s'est aussi intéressée aux chefs, et à la manière dont ils devraient manager. Preuve de la dimension humaine, le feedback régulier est clairement en tête des réponses.

Crédits: Academic Work.

Pour les jeunes professionnels, être un gentil chef peu clair semble donc moins intéressant qu'être une personne sachant communiquer et dire ce qui fonctionne ou non dans l'environnement de travail.

Robots? Pas un problème

La robotisation semble loin d’être la principale préoccupation des jeunes professionnels qui ont participé à l’étude. Presque deux personnes sur cinq pensent qu’ils pourront se concentrer sur des «activités à plus forte valeur ajoutée» et même un quart des personnes estime que les outils numériques ou la robotisation n’aura aucun impact sur son travail.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."