Bilan

Catastrophes naturelles: ouragans et feux de forêts ont pesé en 2020 (Munich Re)

Les catastrophes naturelles ont causé en 2020 davantage de pertes que l'année précédente à cause d'une saison d'ouragans particulièrement intense et d'importants incendies de forêt, explique jeudi le géant allemand de la réassurance Munich Re.

Le record précédent datait de 2005 avec 28 tempêtes dont 15 ouragans.

Crédits: DR

La facture s'est établie l'an dernier à 210 milliards de dollars (185,6 milliards de francs) de dégâts, contre 166 milliards en 2019, a calculé le groupe bavarois dans une étude annuelle.

Sur ce total, le montant assuré s'est élevé à 82 milliards de dollars (57 milliards en 2019), autrement dit la part non assurée des sinistres naturels en 2020 était d'environ 60%.

Ces catastrophes ont également fait l'an dernier quelque 8200 morts dans le monde.

Sur les dix sinistres les plus coûteux, six se sont produits aux États-Unis.

L'ouragan Laura, qui s'est abattu fin août sur l'ouest de la Louisiane avec des vents de 240 km/h a causé 13 milliards de dollars de pertes, dont 10 milliards étaient assurées.

La saison des ouragans dans l'Atlantique Nord a été "hyperactive", note Munich Re, avec un record de 30 tempêtes, dont 13 ont atteint le statut d'ouragan.


Les incendies de forêt ont eux fait rage dans l'ouest des États-Unis, au Colorado et en Californie.

Dans cet Etat, la superficie brûlée a été plus de quatre fois plus élevée que la moyenne desannées 2015 à 2019, en faisant 47 victimes.

Ailleurs, les inondations en Chine pendant les pluies de la mousson d'été ont causé environ 17 milliards de dollars, dont seulement environ 2% étaient assurés.

En Europe, les pertes globales se sont élevées à 12 milliards de dollars dont 3,6 milliards assurées.

De fortes pluies ont frappé à l'automne les côtes méditerranéennes du sud de la France et de l'Italie, détruisant au passage des centaines de maisons, de ponts et de routes.

Ce tableau s'inscrit dans un contexte climatique marqué par des températures moyennes mondiales (janvier à novembre) "d'environ 1,2 degré Celsius plus élevées que les niveaux préindustriels (1880-1900)", note Munich Re.

Alors que la communauté mondiale s'est fixée en 2015 à Paris pour objectif de maintenir le réchauffement climatique bien en dessous de 2 degrés Celsius, "il est temps d'agir", conclut Torsten Jeworrek, membre du directoire de Munich Re.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."