Bilan

Canicule: la vache qui se rafraîchit

Ventilateurs, brumisateurs, surveillance accrue: les agriculteurs tentent de garder leurs vaches au frais en pleine canicule.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a rappelé dans un communiqué l'interdiction du transport d'animaux vivants quand la température dépasse les 30°C, prévue par le règlement européen CE 1/2005.

Crédits: DDBlog

"Les bacs d'eau se vident à vue d'œil", constate Luc Smessaert, éleveur laitier dans l'Oise et vice-président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

Ses vaches ont un accès illimité au pré, mais ne sortent pas avant 20H00. "Au-delà de 25°C, elles sont en stress", explique-t-il.

"Le plus important, c'est la qualité et la quantité d'abreuvement, souligne Bertrand Guin, vétérinaire rural. Les animaux vont se mettre à l'ombre, boivent plus. La digestion augmente la température du corps, d'où une perte d'appétit."

Selon lui, une vache laitière doit boire entre 100 et 120 litres d'eau par jour.

Les coups de chaud restent rares. "C'est surtout chez les amateurs; les éleveurs font attention à leurs bêtes."

Ils peuvent concerner les veaux, qui n'ont pas le réflexe de se mettre à l'ombre. Le vétérinaire conseille de les garder à l'abri.

Ventilateurs et brumisateurs 

"On renforce la surveillance", témoigne Luc Smessaert.

L'éleveur a installé quatre gros ventilateurs dans les salles de traite, qui tournent jour et nuit depuis deux semaines.

"C'est aussi une période avec beaucoup de mouches et de tiques, il faut rester vigilant", ajoute-t-il.

Rémi Desbles, éleveur de vaches laitières en Ille-et-Vilaine, complète : "je suis obligé de les rentrer la journée, sinon elles restent sous un arbre à l'ombre et ne se déplacent pas pour boire." 

Fabienne Biscarat, éleveuse en Haute-Loire, asperge ses 70 vaches avec un nettoyeur haute pression pendant qu'elles attendent la traite sous 37°C.

Si elle ne quittait pas l'exploitation l'année prochaine, elle aurait investi dans des brumisateurs.

Matelas à eau

Autre solution pour rafraîchir les bêtes, des entreprises ont créé des matelas à eau.

"On récupère l'eau fraîche d'une source à proximité, qui circule dans des poches via des canules", explique une porte-parole de Bioret agri, société française à l'origine du matelas Aquaclim.

Il faut compter environ 350 euros par vache pour un matelas d'1m20 de large.

"Il y a beaucoup d'éleveurs qui n'ont pas les moyens", commente Fabienne Biscarat.

"C'est un investissement, mais ce sont des techniques qui vont arriver", estime Luc Smessaert.

"On travaille à trouver des bâtiments mieux adaptés au réchauffement climatique", explique-t-il. Par exemple, arrêter d'utiliser des tôles translucides, mieux isoler les toits, ou installer des filets brise-vent.

Des échangeurs d'air permettent de réduire la température de 4 à 5 degrés. Aujourd'hui ces installations sont intégrées dès la construction, a indiqué la présidente de la FNSEA Christiane Lambert.

Moins de revenus et plus de coûts

En plus de leur bien-être, la chaleur affecte la production des vaches.

"Elles mangent moins, donc fournissent moins de lait", explique Rémi Desbles. Jusqu'à quatre litres en moins par vache et par jour, estime-t-il.

Leur importante consommation d'eau joue aussi sur la qualité du lait, qui devient moins riche.

Luc Smessaert craint un manque de fourrage. "L'herbe est en train de brûler, on va devoir utiliser le foin prévu pour l'hiver", détaille-t-il.

Il estime entre 10.000 et 20.000 euros la perte pour les agriculteurs à cause du manque de fourrage.

"La FNSEA appelle à la modération des prix", continue-t-il.

Le syndicat a engagé une opération "paille de solidarité" entre départements.

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a rappelé dans un communiqué l'interdiction du transport d'animaux vivants quand la température dépasse les 30°C, prévue par le règlement européen CE 1/2005.

"Une déception", pour l'ONG CIWF France, qui milite pour le bien-être des animaux d'élevage. "Il n'y a pas d'arrêté, contrairement à ce que le ministre a affirmé", se plaint-elle, en référence à l'annonce par M. Guillaume d'une interdiction du transport d'animaux vivants sur le plateau de BFMTV jeudi.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."