Bilan

Brexit : l'UE s'attend à des négociations particulièrement difficiles

Les négociations sur la future relation entre Londres et Bruxelles seront "peut-être plus difficiles" que celles ayant permis de fixer les conditions du retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, a souligné mercredi à Londres un négociateur européen.

La négociation entre le Royaume-Uni et les membres de l'Union européenne devrait débuter début mars.

Crédits: AFP

"Nous nous attendons à ce que les négociations soient difficiles, peut-être même plus difficiles que celles du retrait" de l'UE, laborieusement négocié pendant près de deux ans, a déclaré Stefan de Rynck, un conseiller du négociateur européen Michel Barnier, devant la London School of Economics.

"Le champ légal sur lequel nous devons nous mettre d'accord est beaucoup plus large", a-t-il fait valoir.

Les Européens souhaitent que le Royaume-Uni s'engage après le Brexit à respecter les mêmes règles que l'UE, voire à s'y adapter "au fil du temps", dans plusieurs domaines (environnement, concurrence, fiscalité, droit du travail, etc.) afin d'éviter les distorsions de concurrence, en échange d'un accès privilégié au marché européen.

Ces garanties leur semblent indispensables étant donné la proximité géographique et économique du Royaume-Uni.

Mais le négociateur britannique David Frost a prévenu lundi à Bruxelles que le Royaume-Uni entendait négocier un accord de libre-échange "d'égal à égal" et n'accepterait pas que l'UE contrevienne à sa liberté de fixer ses propres règles.

M. De Rynck a répliqué que Bruxelles comprenait que "la divergence semble être l'essence du Brexit. Nous sommes tous d'accord là-dessus".

Le Royaume-uni pourra importer des biens qui ne répondent pas aux normes de l'UE et avoir un certain degré de divergence dans des domaines variés. "Nous ne parlons pas de ces questions, elles ne sont pas contestées", a-t-il souligné.

Mais l'UE veut être sûre que la concurrence soit "ouverte et juste" et réglementée et mise en oeuvre "avec une perspective" sur l'avenir, a-t-il dit. "Ce n'est pas un refus de la compétition, mais en dernier ressort, cette concurrence doit servir le développement durable", a-t-il souligné.

Les Etats membres de l'UE préparent un mandat pour Michel Barnier fixant leurs objectifs et leurs lignes rouges dans la négociation, qui devrait débuter début mars. Elle s'achèvera fin décembre, le Premier ministre britannique Boris Johnson ayant exclu toute prolongation.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."