Bilan

Boom de l’hôtellerie dans les grandes villes

En vingt ans, le nombre de lits dans les centres urbains s’est envolé de 50%, alors que celui des nuitées a grimpé de 69%.

L'hôtel The Circle II offre 300 nouvelles chambres à proximité de la ville et de l'aéroport de Zurich.

Crédits: DR

En Suisse, comme dans les pays voisins, l’offre hôtelière se concentre toujours davantage dans les centres urbains. Au cours des vingt dernières années, elle a progressé de 11% en termes d’établissements dans les grandes villes, alors qu’elle a chuté de 21% dans les régions de montagne et de 28% dans les campagnes. Parallèlement, le nombre de lits disponibles s’est envolé de 50% pendant la même période. Les hôtels 3 et 4 étoiles représentent désormais 45% de l’offre.

Lire aussi: L'hôtellerie 5 étoiles en Suisse a connu une année 2017 faste

Plusieurs nouveaux hôtels ont vu le jour à Genève, Bâle et surtout dans l’agglomération zurichoise. Ces investissements ne surprennent pas hotelleriesuisse, l’association faîtière de la branche: «c’est là que la demande touristique a progressé ces dernières années malgré le franc fort et cette tendance ira s’accentuant», affirme-t-elle dans l’Annuaire de l’hôtellerie suisse 2018. Depuis 1997, le nombre de nuitées a en effet grimpé de 69% dans les grandes villes, tandis qu’il a subi de fortes fluctuations dans les Préalpes et les Alpes.

Le tourisme d'affaires moins sensible
aux fluctuations des taux de change

Cette croissance s’explique par la progression et la concentration du tourisme d’affaires dans les grandes villes, lequel est moins sensible aux fluctuations des taux de change. Elle découle aussi des nouveaux comportements de la clientèle asiatique et arabe qui tend de plus en plus à passer la nuit dans les centres urbains et à privilégier les excursions d’une journée pour découvrir les régions alpines.

Conséquence: les taux d’occupation des établissements urbains affichent de meilleurs résultats que les hôtels alpins et ils sont même relativement élevés en comparaison internationale.

Selon hotelleriesuisse, ces bons résultats suscitent l’intérêt des acteurs de la branche d’autant «qu’en raison du bas niveau des taux d’intérêts, beaucoup d’investisseurs sont à la recherche d’opportunités de placement.» Pour preuve, les constructions d’hôtels réalisées par les chaînes internationales (Motel One, B&B, a-ja, Mövenpick, Hyatt, etc.).

Mais les investissements marqueront probablement le pas entre 2018 et 2022 en raison de l’arrivée de nouveaux hôtels sur le marché pendant cette période et de l’absence de nouveaux projets.

Lire aussi: Le boom des hôtels branchés urbains

 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."