Bilan

Billets à 10 francs: la montagne y gagne

Pendant deux mois, la banque UBS a fait la promotion de 35 chemins de fer et remontées mécaniques avec des tarifs préférentiels. Les milieux touristiques se frottent les mains.

La destination préférée a été le Gornergrat à Zermatt, avec 36 000 billets vendus.

Crédits: Dr

A la fin 2016, le train des Rochers-de-Naye «va pour la première fois dépasser le record absolu  de 100 000 passagers, et cela malgré la fermeture de la ligne en novembre pour cause de travaux», se félicite son directeur Georges Oberson, également patron du MOB GoldenPass. La montée coûte 65 fr. par adulte pour un aller-retour. En présentant sa carte de la banque aux trois clés, le tarif est tombé à 10 fr., de la mi-juin à la fin octobre. L’offre «montagne UBS» a permis aux clients d’UBS de découvrir 35 des plus belles montagnes de Suisse. Quelque 360 000 tickets à 10 fr. ont été vendus.

Le Gornergrat à Zermatt a été la destination la plus prisée avec 36 000 encaissements, suivi des stations du Schilthorn et du Pilate. Plus le prix du trajet est élevé, plus le succès a été évident. A Zermatt,
la montée au Gornergrat coûte 90 fr.

Un sérieux coup de pouce

«Plusieurs stations ont enregistré des records de fréquentation. L’action d’UBS n’y était pas pour rien», communique la banque. Pour Jürg Balsiger, directeur du chemin de fer du Stanserhorn (LU), UBS a contribué de manière significative au succès de la saison: «Nous n’avions encore jamais participé à une action aussi efficace que celle-ci.» Pour gérer l’afflux de visiteurs les jours de pointe, certaines stations ont dû mettre en place des billetteries séparées.

Jürg Schmid, directeur de Suisse Tourisme, se réjouit lui aussi: «L’action d’UBS a recueilli beaucoup de sympathie aussi bien de la part des locaux que des prestataires touristiques de la montagne. Elle a été très populaire et a eu des conséquences positives pour l’attrait de nos montagnes.»

Pour Daniel Fischer, responsable marketing d’UBS Suisse: «Avec Suisse Tourisme et les stations de montagne participantes, nous avons réussi à élaborer une offre simple et attrayante. Pour cela, nous avons fait appel à un type de communication reconnaissable et accrocheur. Les nombreux retours spontanés et positifs de clients nous confirment que nous sommes parvenus à changer quelque chose.»

Selon Jean-Raphael Fontannaz, porte-parole d’UBS pour la Suisse romande, l’opération tombe à pic pour le tourisme en cette période de franc fort. Qui paie la différence avec le prix normal du billet? «Le montant fait à chaque fois l’objet d’un accord entre la banque et la compagnie de transport», relève le porte-parole romand qui ne communique pas le budget total de l’opération. Ce n’est pas la première fois que la banque fait un effort en faveur du tourisme helvétique. En 2012, un million de personnes ont pu bénéficier d’une carte journalière à 5 fr. sur les bateaux et lacs suisses.  

Raiffeisen aussi

De son côté, Raiffeisen offre aussi des avantages à ses sociétaires, notamment des abonnements journaliers de ski à 50% dans certaines stations. Il y a quelques années, 1,8 million de sociétaires ont pu bénéficier de réductions pour des séjours dans plusieurs régions de Suisse. 

Les actions d’UBS et de Raiffeisen montrent que les campagnes de rabais portent leurs fruits. Les trains de montagne seraient-ils trop chers? «Les entreprises de remontées mécaniques – subventionnées ou non – ont pleine liberté de fixer leurs tarifs en fonction de critères qu’elles définissent elles-mêmes, répond Véronique Kanel, porte-parole de Suisse Tourisme. Ces actions permettent de faire découvrir aux Suisses des lieux qu’ils n’auraient peut-être pas choisi de visiter.»   

Grivatolivier
Olivier Grivat

JOURNALISTE

Lui écrire

Olivier Grivat est journaliste indépendant après avoir été rédacteur en chef adjoint de 24 Heures et travaillé 30 ans chez Edipresse. Licencié en droit, il s’est spécialisé dans les reportages et les sujets économiques (transports, énergie, tourisme et hôtellerie). Il a écrit plusieurs ouvrages, notamment sur la jeunesse suisse du roi de Thaïlande et la marine suisse de haute mer.

Du même auteur:

Il transforme le vieux papier en «or gris»
«Formellement, Sepp Blatter n’a pas démissionné»

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."