Bilan

Baselworld débute dans un contexte difficile

L'édition 2016 du salon de l'horlogerie et de la bijouterie Baselworld réunit, du 17 au 24 mars, quelque 1500 marques en provenance de 40 pays sur 141'000 m2.

Lors de la conférence de presse inaugurale, François Thiébaud, président du comité des exposants suisses, a souligné la relative solidité du secteur horloger par rapport aux autres domaines économiques dans la Confédération.

Crédits: Keystone

Le salon de l'horlogerie et de la bijouterie Baselworld a ouvert ses portes mercredi à la presse dans un contexte difficile pour le secteur. L'industrie horlogère suisse espère toutefois observer une progression des ventes à partir d'avril et sur l'ensemble de l'année.

Une conjoncture maussade et des incertitudes ont touché le secteur horloger comme l'ensemble de l'économie, a déclaré la directrice du salon Sylvie Ritter. "Nous avons ressenti l'incertitude des petites et moyennes entreprises face à la faiblesse de la demande, mais la quasi-totalité des exposants de 2015 sont présents malgré le contexte particulier", a ajouté la directrice.

Lors de la conférence de presse inaugurale, François Thiébaud, président du comité des exposants suisses, a souligné la relative solidité du secteur horloger par rapport aux autres domaines économiques dans la Confédération.

Il a également évoqué les espoirs de rebond pour les horlogers helvétiques. "A partir d'avril, les ventes devraient reprendre même si le premier trimestre devrait afficher un recul", a affirmé M. Thiébaud. Pour l'ensemble de l'année en cours, le président des exposants suisses table sur une croissance de 2% à 5% des ventes.

Quant au président de la Fédération horlogère suisse (FH), Jean-Daniel Pasche, il anticipe une stagnation des exportations horlogères pour 2016.

En 2015, les ventes à l'étranger de l'industrie horlogère se sont tassées de 3,3% et en janvier elles ont cédé 7,9% sur un an.

"Aujourd'hui nous faisons face à une crise de confiance, plus qu'une crise économique", a insisté M. Thiébaud, qui dirige aussi les marques du groupe Swatch Tissot, Certina et Mido.

Concernant les montres connectées, M. Thiébaud a reconnu qu'elles offraient des fonctions intéressantes, mais que l'autonomie des batteries était encore un problème. "Pour le moment, le recul des montres suisses en 2015 n'est pas dû aux montres connectées, mais à la situation économique", a-t-il estimé.

L'édition 2016 de cette exposition réunit dans la cité rhénane, du 17 au 24 mars, quelque 1500 marques en provenance de 40 pays sur 141'000 m2. Environ 300 sociétés suisses et 4000 journalistes y prennent part.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."