Bilan

Au moins 170 nouveaux supermarchés dans les prochaines années

Les habitudes d’achat des consommateurs helvétiques poussent les détaillants alimentaires à ouvrir de nouveaux magasins sur l’ensemble du territoire suisse.

Coop dispose du réseau de supermarchés le plus dense de Suisse.

Crédits: Keystone

Le nombre de supermarchés ne cesse de croître! Selon les indications fournies à Bilan par les principaux acteurs du commerce de détail présents dans le domaine alimentaire, au moins 170 nouveaux points de vente devraient ouvrir leurs portes dans les prochaines années. Avec 950 magasins, Coop dispose du réseau le plus dense de Suisse. La coopérative bâloise en vise 1000. «Nous avons encore quelques lacunes et nous voulons les combler», déclarait son ceo Philipp Wyss dans une interview publiée par CH Media. 

Coop ne l’avouera jamais, mais son ambition est de dépasser Migros au niveau du chiffre d’affaires réalisé dans les supermarchés. De 2,1 milliards de francs en 2015, l’écart avec son rival s’est réduit à 455 millions de francs en 2020.

Les discounters misent sur les villes

Si Denner (830 magasins en propre et avec ses partenaires) n’a pas un objectif stratégique en termes d’expansion, l’enseigne qui appartient à Migros indique néanmoins qu’elle envisage d’ouvrir une douzaine de sites d’ici à 2025.

De leur côté, Aldi et Lidl, les deux autres discounters présents en Suisse, misent désormais sur les villes pour croître. Le premier ouvrira 14 magasins en 2021, dont 2 au centre de Berne et de Zurich. Il lui en manquera encore une soixantaine pour atteindre son objectif de 300 points de vente. Quant à Lidl (plus de 150 magasins), il ne dévoile pas sa politique d’expansion.

Volg vise aussi la Suisse romande

Très présente dans les zones rurales en Suisse alémaniques, la chaîne Volg en mains du groupe Fenaco a déjà inauguré quatre magasins depuis le début de cette année sur les dix à douze prévus en 2021, y compris avec ses franchisés Prima. «D’ici 2025, nous prévoyons une augmentation nette d’environ 30 points de vente, y compris en Suisse romande où nous sommes actifs depuis 2011», affirme Tamara Scheibli, responsable de la communication de Volg. Son réseau comprendra alors quelque 630 magasins.

Un nouveau concept pour SPAR

SPAR Suisse, une filiale du groupe sud-africain The SPAR Group Ltd, est aussi implanté dans les campagnes helvétiques avec plus de 190 sites, dont les trois quarts sont gérés par des franchisés. Au début du mois de juin, cette enseigne a inauguré un nouveau type de magasin à Schänis dans le canton de St-Gall sous le nom d’EUROSPAR.

«En plus des petits et moyens marchés de proximité, indique un communiqué publié le 3 juin dernier, il y aura à l'avenir de grands magasins EUROSPAR. Ce concept offre aux clients tout ce dont ils ont besoin pour leurs gros achats hebdomadaires.» Au cours des prochaines années, SPAR Suisse prévoit de reconvertir huit à quinze supermarchés supplémentaires sur le modèle de celui de Schänis.

(Keystone)
(Keystone)

Quant à la Fédération des coopératives Migros (630 supermarchés à fin 2020), elle ne s’exprime pas sur sa stratégie. Sa porte-parole nous renvoie aux dix coopératives régionales pour connaître leur politique d’expansion.

Des magasins proches du domicile

Avec la pandémie de coronavirus, les consommateurs ont modifié leurs habitudes. Ces derniers ont seulement augmenté leurs achats en ligne et directement auprès des producteurs, mais ils se sont aussi rendus davantage qu’auparavant dans un point de vente proche de leur domicile ou de leur travail. «Faire ses courses au village a gagné en popularité. Ce qui montre la grande importance de l’approvisionnement local dans l’espace rural», affirmait au début de l’année Philipp Zgraggen, président de la direction de Volg.

«Les clients sont toujours plus nombreux à apprécier les courtes distances. En adaptant la palette de produits et l'aménagement de nos magasins, nous tenons compte des nouvelles habitudes d'achat. Par exemple, en élargissant la gamme de fruits et légumes ou de produits de consommation courante», relève Thomas Kaderli, porte-parole de Denner.

Le secteur alimentaire préservé

Directeur du bureau de conseil Imadeo, Nicolas Inglard est davantage surpris par la volonté d’expansion de Coop dont le maillage territorial est assez fin, alors que Volg dispose d’une marge de progression en Suisse romande. «Alors que les surfaces de vente diminuent dans le non alimentaire, constate-t-il, les magasins d’alimentation sont encore préservés comme le montre leur développement. C’est probablement dû à l’absence de drive qui explose en France voisine et à la proximité des commerces du lieu de domicile. Mais la saturation est proche.»

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix BZ du journalisme local 1991, Prix Jean Dumur 1998, AgroPrix 2005 et 2019.

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."