Bilan

Apple conclut un emprunt obligataire record

Le groupe informatique américain Apple a lancé un emprunt obligataire de 17 milliards de dollars (15,8 milliards francs). Il s'agit d'un montant record pour une entreprise.
Avec ce montant, Apple dépasse le laboratoire pharmaceutique bâlois Roche, qui était jusqu'ici le groupe ayant réalisé le plus gros emprunt obligataire avec un montant de 16,5 milliards de dollars en 2009, selon des données du cabinet Dealogic citées dans la presse.

Apple a placé mardi son emprunt en six tranches, avec des maturités allant de trois à trente ans. Quatre sont à taux fixes, avec des rendements allant de 0,511% à 3,883%, et deux à taux variables, selon un document transmis mercredi au gendarme boursier américain, la SEC.

Le groupe à la pomme compte utiliser l'argent levé pour financer une partie des 100 milliards de dollars de dividendes et de rachats d'actions qu'il a promis à ses actionnaires d'ici fin 2015.

Apple n'avait jusqu'ici aucune dette et affichait 145 milliards de dollars de liquidités dans ses comptes à fin mars. Mais une grosse partie des fonds se trouve dans des comptes à l'étranger et il a jugé plus avantageux d'emprunter que de les rapatrier.

Le groupe américain compte également utiliser l'argent pour faire remonter la courbe de son action. Celle-ci a perdu 37% de sa valeur depuis septembre où elle avait enregistré un record de 702,10 dollars.

Risques

Apple n'avait pas vraiment besoin de lever des fonds sur les marchés. Le groupe n'avait jusqu'ici aucune dette et affichait 145 milliards de dollars de liquidités dans ses comptes fin mars. Une importante partie des fonds se trouve en revanche sur des comptes à l'étranger et le groupe juge plus avantageux d'emprunter.

«La dette est très bon marché en ce moment aux Etats-Unis et l'argent d'Apple à l'étranger rapporte probablement plus en intérêt que ce que l'emprunt va lui coûter. En plus, ramener l'argent aux Etats-Unis occasionnerait des taxes élevées, rendant l'opération encore moins attractive financièrement», explique Robert Enderle, un analyste spécialisé dans le secteur technologique.

Cela risque cependant d'«affaiblir l'entreprise sur le long terme», prévient-il, rappelant que les liquidités en réserve d'Apple étaient censées lui servir dans les années de vaches maigres».

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."