Bilan

Moët Hennessy marche sur les terres d’Aperol

La société du groupe LVMH lance son propre Spritz en Europe, importé d’Argentine. Rencontre avec son grand patron, Philippe Schaus, très optimiste pour 2021.

«La clientèle cherche des produits naturels et peu caloriques», affirme le CEO.

Crédits: PHOTO: Sebastien DUBOIS-DIDCOCK

L’Aperol Spritz est un des cocktails estivaux les plus consommés sur les terrasses helvétiques depuis des années. Une mine d’or pour Campari, propriétaire de la marque, mais qui suscite les convoitises. Le groupe Moët Hennessy lance ainsi une nouvelle boisson alcoolisée en Europe sous le nom de Chandon Garden Spritz. Philippe Schaus, PDG de Moët Hennessy, explique la stratégie de la société.

Chandon existe depuis très longtemps en Asie et en Amérique... Pourquoi lancer aujourd’hui cette marque en Suisse et en Europe?


Philippe Schaus La marque Chandon est un enfant de Moët & Chandon qui a été lancée en 1959 en Argentine. Le directeur d’alors a voulu chercher des terroirs dans le monde entier afin de créer des vins mousseux de qualité avec une expression des terroirs du Nouveau Monde. La marque s’est premièrement installée en Argentine, puis au Brésil, aux Etats-Unis et en Australie. Il y a quelques années, nous avons lancé Chandon en Inde et en Chine. Ces vins mousseux, au départ destinés aux marchés locaux, ont ensuite été exportés en Asie, aux Etats-Unis et aujourd’hui en Europe.

Vous importez ainsi en Suisse une boisson fabriquée en Argentine?

Nous n’aurions pas pu produire cette boisson en Europe, car elle est réalisée à base d’oranges bios cultivées en Argentine qui donnent ce goût amer. Et le bitter (ou amer, une liqueur fabriquée à partir d’infusion de plantes amères) fait partie de la culture argentine. Si nous l’avions produite ici, nous aurions simplement copié une recette qui vient de là-bas. Cela aurait été moins authentique.

Importer un produit comme Chandon en France, terre du champagne, n’est-ce pas une hérésie?

Chandon n’a jamais été importé en France auparavant. Chandon Garden Spritz est la première boisson que nous importons aujourd’hui, car c’est un produit nouveau et différent du champagne. C’est un apéritif que les consommateurs recherchent, aujourd’hui, réalisé à base de vin pétillant élaboré à Mendoza. Y sont ajoutées des écorces d’oranges bios séchées au four, puis macérées dans de l’eau-de-vie de raisin, avec un mélange d’herbes et d’épices.

Quelle est la différence entre le Chandon Garden Spritz et l’Aperol Spritz que les Suisses consomment en grande quantité à l’arrivée des beaux jours?

Nous associons une base de vin de qualité avec des produits 100% naturels pour faire un produit d’apéritif supérieur, plus riche et avec une plus grande longueur en bouche que les boissons «spritzées» disponibles sur le marché actuellement.

PHOTO David Atlan


Tous les vignobles sont sans herbicide depuis fin 2020 en Champagne
Philippe Schaus, PDG de Moët Hennessy

Avec des prix plus doux, l’idée est-elle d’attirer une clientèle plus jeune qui ne peut s’offrir une bouteille de champagne?

Non, l’idée est de proposer une expérience différente aux consommateurs. Nous avons travaillé durant quatre ans pour produire cette boisson. La clientèle cherche aujourd’hui des produits naturels et peu caloriques, c’est ce que nous proposons avec ce cocktail qui compte 50% de sucre en moins que ses concurrents.

Moët & Chandon, distribué dans plus de 140 pays, est un des champagnes les plus connus au monde. L’objectif est-il de faire de même avec Chandon Garden Spritz?

Notre objectif est d’être distribué dans tous les marchés où nous sommes présents avec Moët & Chandon, mais pas forcément dans les mêmes lieux, car ce n’est pas le même moment de consommation. Chandon Garden Spritz est une opportunité extraordinaire de diversifier le marché de l’apéritif.

Comment le groupe Hennessy a-t-il traversé la crise du Covid?

L’année n’a pas été facile d’avril à juin. Ensuite la consommation est revenue. Dans certains pays, elle est même très forte, en particulier aux Etats-Unis, notre plus grand marché, où tout est resté ouvert. Le début d’année est extrêmement positif, tiré par les Etats-Unis et la Chine. Nous sommes très optimistes pour 2021.

Quels sont les objectifs de durabilité du groupe Moët Hennessy?

Nous avons lancé à Vinexpo 2020 une plateforme qui se nomme «les sols vivants» afin d’encourager au maximum la viticulture durable. Nos engagements ont mené à ce que tous les vignobles soient sans herbicide depuis fin 2020 en Champagne et ils le seront à la fin de l’année en Cognac. Nous cherchons à maximiser la biodiversité et à minimiser tous les intrants chimiques.

Les amateurs d’alcool changent leurs habitudes de consommation. Comment allez-vous vous adapter?

Nous observons une tendance à une consommation plus raisonnable et plus qualitative. Tous nos produits s’inscrivent dans cette tendance donc nous sommes très optimistes.


2020, en chiffres

52,4 millions de bouteilles de champagne vendues
94,6 millions de bouteilles
de cognac vendues
4755 millions d’euros
de ventes de vins et spiritueux pour le groupe LVMH (-14% par rapport à 2019)
41% des ventes
totales de vins et spiritueux sont réalisées aux Etats-Unis

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."