Bilan

Apelab réanime le cinéma d'animation

Une startup genevoise, Apelab, a inventé un nouveau procédé de film interactif animé. Le Spatial Storytelling suscite une frénésie mondiale et intéresse les grands studios à Hollywood.
  • Les scènes vues varient en fonction de la position du spectateur ou de son écran.

    Crédits: Image: Apelab
  • Grâce à ce procédé, l'intrigue peut changer à chaque visionnage.

    Crédits: Image: Apelab
  • Le procédé innovant s'appuie sur un thriller.

    Crédits: Image: Apelab

«La Game Developers Conference de San Francisco, le Tokyo Game Show, le festival Fumetto de Lucerne. Et puis en mars le Rio Content Market.» Dans son atelier installé au Design Incubator de la Fondation Ahead de la Haute école d'art et de design de Genève, Emilie Tappolet énumère les dates de sa tournée 2014. Ou plutôt celle d'Apelab, le labo de narration interactive et de game design qu'elle a fondé avec Sylvain Joly et Maria Beltran. «Mais avant, il y aura Lift. Cette année, on intègre la section startup. Là on est fond. Tout doit être prêt pour l'ouverture de la conférence, le 5 février.»

La Californie, le Brésil, le Japon, Genève... mais qu'est-ce qui fait courir cette spécialiste en design et scénario interactif diplômée de la Head ? IDNA, un film d'animation d'un tout nouveau genre destiné aux tablettes qu'elle a créé avec Sylvain Joly, illustrateur, animateur, mais lui plutôt actif dans les jeux vidéo. Nouveau, parce que cette histoire cyberpunk sur fond de polar scientifique évolue en fonction des déplacements de celui qui la regarde. Comprenez que l'image bouge avec le spectateur qui tient son iPad à bout de bras devant lui. Il se tourne, le récit pivote. Il lève son écran, la scène itou qui montre les immeubles pendant que, venant de derrière, la voix du commissaire poursuit le fil de ses réflexions.

De fait, il y a toujours un moment du film qui échappe au regard. Ce qui explique qu'on peut se repasser sans fin ce thriller intelligent dont le dénouement n'est pas la même pour tout le monde. «Il varie en fonction des personnages sur lesquels vous vous arrêtez, du cheminement que vous empruntez. C'est le principe de la narration spatiale à 360 degrés», précise Emilie Tappolet au sujet de ce procédé baptisé Spatial Storytelling et dont Apelab peut revendiquer le copyright.

Le chef déco de Spielberg emballé

Postée sur le site d'Apelab à la fin de l'année 2013, la vidéo de démonstration de IDNA a immédiatement fait le tour du Web. Un buzz d'enfer qui a enflammé les sites de Creative Applications, Gizmodo et Wired. Bref, qui a mis la fièvre aux stars de l'internationale geek. Et qui d'un coup a fait monter la pression sur les épaules du petit laboratoire genevois.

«On n'avait pas prévu de sortir l'application tout de suite. Maintenant, on est une dizaine à bosser dessus», reprend la designer. «IDNA n'était qu'un prototype que beaucoup de monde a vu, mais que personne n'a pu vraiment essayer. On met au point pour fin janvier un trailer qui permettra aux gens de tester le procédé. On y a intégré de nouveaux paramètres comme la météo et l'heure de la journée. L'application devrait être finalisée entre fin 2014 et début 2015. C'est un travail long et compliqué, au niveau du storyboard qui doit prendre en compte toutes les possibilités, et en terme d'image. Le fait que le dessin doit rester visible sous n'importe quel angle oblige Sylvain à les penser en anamorphose. Et puis notre laboratoire mène de front d'autres projets. La vitesse d'avancée de celui-ci dépend aussi des financements qu'on arrivera à trouver.»

On l'aura compris, IDNA suscite désormais un intérêt mondial. De gros poissons de l'industrie numérique se seraient d'ailleurs manifestés. Des noms? «Pour l'instant tout cela reste encore très confidentiel», prévient Emilie Tappolet. Il y en a quand même un qu'elle concède à lâcher: Alex McDowell, chef décorateur pour le cinéma qui compte à son palmarès Charlie et la Chocolaterie (la version de Tim Burton), Watchmen ou encore Minority Report. «Il nous a invités à Los Angeles à participer au 5D Institute, un colloque consacré au futur de la narration interactive dont il est le directeur. Il n'est pas impossible qu'on travaille avec lui sur un de ses prochains films.»

Emmanuel Grandjean

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Technosophie
4 créatrices qui habillent les garçons

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."