Bilan

Alain Juppé regrette que la zone euro ait intégré la Grèce

Interviewé par Darius Rochebin sur la RTS, l'ancien premier ministre français Alain Juppé analyse la crise grecque sans concession: «On s’est trompé» en acceptant la Grèce dans l’Euro, reconnaît-il alors que le Grexit est plus proche que jamais.

Alain Juppé (ici à gauche) reconnaît que l'erreur initiale ayant mené à la crise grecque actuelle est l'intégration d'Athènes à la zone euro.

Crédits: Image: CC-BY-2.0/Ministère des affaires étrangères de Tunisie

«Droit dans ses bottes»: selon sa propre formule, Alain Juppé ne se cache pas: il a pris part, entre 1995 et 1997 aux discussions entre dirigeants européens pour préparer la monnaie unique. Et il ne se défausse pas au moment de regarder la crise qui secoue actuellement la zone euro. Interrogé par Darius Rochebin cette semaine, l'actuel maire de Bordeaux reconnaît que l'erreur initiale revient aux partenaires européens qui ont choisi d'intégrer Athènes dans la zone euro: «On s’est trompé», confie-t-il au journaliste suisse.

Alors qu'il devance actuellement Nicolas Sarkozy dans les sondages pour la présidentielle de 2017 parmi les candidats potentiels de la droite, Alain Juppé a accordé cette semaine un long entretien à la RTS. Sur la monnaie unique et la situation actuelle, il rappelle qu'Athènes ne répondait pas aux critères requis pour intégrer la zone euro à la fin des années 1990. Mais il va même plus loin et voit, dans la crise actuelle, un signe que «l'Europe ne peut plus s'étendre» actuellement: «tout élargissement dans la situation actuelle irait dans la mauvaise direction».

«L'envie d'être président, je l'ai»

Mais l'ancien premier ministre s'attarde aussi sur sa situation personnelle, reconnaissant que la question de sa candidature en 2017 est ouverte: «L'envie, je l'ai». Et de lancer une pique à son rival Nicolas Sarkozy en rappelant ses combats politiques dans le XVIIIe arrondissement de Paris face à des ténors tels que Lionel Jospin, Daniel Vaillant et Bertrand Delanoë, glissant que ces luttes étaient plus difficiles que de s'imposer à Neuilly (le fief très huppé de Nicolas Sarkozy).

Enfin, Alain Juppé évoque celui qui fut son mentor et reste son ami, Jacques Chirac: s’exprimant sur la nostalgie de Jacques Chirac qui s’exprime dans l’opinion, il évoque, parmi les caractéristiques de l'ancien président, une «attention aux autres» qu’il estime partager. «Cela me blesse quand on me dit que je ne l’ai pas». Et de s'amuser du vocabulaire parfois imagé de l'ancien chef d'Etat, de sa «gouaille d’officier de cavalerie» qui fait son charme personnel.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."