Bilan

AirBnB donne de l'urticaire aux hôteliers

Les touristes en raffolent, les offices du tourisme s'en réjouissent et les hôteliers s'en inquiètent. Le site de location d'appartements pour touristes AirBnB suscite de nombreuses réactions.
  • Le site AirBnB permet de trouver un appartement ou une maison dans plus de 34'000 villes.
  • Le site ne fait toutefois pas la différence entre propriété et sous-location, laissant la responsabilité aux annonceurs.
  • La page pour une recherche sur Genève, une des villes en Suisse qui offre le plus de possibilités.
  • Le site américain connaît une croissance ininterrompue depuis son lancement en 2008...
  • ... ainsi que le nombre d'hôtes proposant leurs appartements alors que le site n'était dans un premier temps réservé qu'aux usagers américains.
  • Il est ainsi possible de louer dans la région lémanique des chalets typiques.
  • Crédits: WENN
  • Crédits: WENN
  • La vieille ville de Berne a retenu l'attention fin septembre après qu'un particulier a sous-loué un appartement... Crédits: WENN
  • ... ce que sa gérance n'a pas du tout apprécié, résiliant son bail. Crédits: WENN
Certains parlent de phénomène, d'autres de calamité mais une chose est sûre: le site AirBnB ne laisse personne indifférent. Ce site de location d'appartements pour touristes se taille un joli succès au point d'inquiéter les professionnels de la branche qui y voient une concurrence déloyale.

Le site américain s'est même retrouvé au centre d'une réunion d'Hotellerie Suisse fin septembre. Au delà des discours policés, c'est bien l'inquiétude qui domine. «Nous devons rester ouverts à toutes les nouvelles formes de tourisme. Ce qui est intolérable, c'est la différence de traitement légal» a déclaré Beatrice Imboden, présidente d'Hotellerie Bern + Mittelland.

Grogne des hôteliers

Les professionnels de la branche sont en effet soumis à des taxes et des obligations spécifiques qui ne s'appliquent pas aux privés. Il a donc été décidé lors de la séance qu'Hotellerie Suisse devait se saisir du sujet et intervenir, explique le Berner Zeitung.

Toutefois, une intervention auprès de la centrale américaine de AirBnB sera délicate et Manuel Staub, responsable de la communication chez Hotellerie Suisse précise bien qu'il ne s'agit pas d'interdire le site. L'organisation faîtière se dit pour le moment incapable d'évaluer l'impact du site. «Nous constatons qu'un nombre croissant de voyageurs a recours à ce genre d'offre et l’hôtellerie sera tôt ou tard touchée», estime Manuel Staub.

Résiliation et flicage

AirBnB précise pourtant bien sur son site que le logement doit être un lieu pour lequel l'hôte dispose des autorisations nécessaires à sa mise en location.

Une mise en garde qui n'est pas inutile puisque les locataires peuvent alors encourir des sanctions, comme ce Zurichois qui louait un appartement à Berne pour des raisons professionnelles. Idéalement situé dans la vieille ville de la capitale, il a décidé de le sous-louer sur AirBnB les périodes où il ne l'occupait pas. La gérance a dénoncé son bail car le locataire ne l'avait pas avertie. Une première en Suisse.

Le phénomène inquiète tellement les professionnels de la branche qu' à Zurich une gérance, Kornhaus Verwaltungs AG, a envoyé des rappels très menaçants à ses locataires. La gérance va encore plus loin, comme elle l'a confirmé son responsable des locations Christian Müller au Tages Anzeiger, puisqu'elle scrute le site internet à la recherche d'annonce de sous-location. Une pratique que l'association alémanique des locataires juge légale.

La Suisse romande n'est pas épargnée par la vague AirBnB, qui y rencontre encore plus de succès qu'outre-Sarine. Si plus de 900 appartements sont offerts à Zurich et environ 270 à Berne, ce sont plus de 1000 possibilités à Genève et plus de 570 à Lausanne.





Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."