Bilan

Accord en vue à l'OMC

Un accord est en vue à la ministérielle de l'Organisation mondiale du commerce, après le ralliement de l'Inde, dont l'opposition menaçait jusqu'alors toute entente sur la libéralisation des échanges et le devenir même de l'OMC.
La réunion ministérielle de l'OMC se tient à Bali.
«Oui», a déclaré le ministre indien du Commerce, Anand Sharma, à la question de savoir s'il allait signer un accord à la réunion ministérielle de l'OMC à Bali.

«Je l'approuve», a-t-il ajouté en sortant d'une réunion où lui a été présenté un nouveau compromis.

«C'est une décision historique. Non seulement pour l'Inde mais pour tous les pays en développement et les pays pauvres. C'est une victoire pour l'OMC, pour le monde», a-t-il clamé.

L'accord présenté à l'Inde doit encore être approuvé officiellement par les 158 autres Etats-membres de l'OMC mais il aurait déjà été entériné par les Etats-Unis, jusqu'à présent réticents, selon une source proche des négociations.

Anand Sharma et son homologue américain Michael Froman se sont pris dans le bras à la sortie de la réunion, visiblement soulagés de la fin du blocage.

L'Inde s'était jusqu'à présent opposée à plusieurs offres de compromis qui lui avaient été présentées, rendant ainsi plus qu'incertaine la conclusion d'un accord sur l'île indonésienne de Bali, jugé capital pour relancer les négociations sur l'ouverture des échanges mondiaux, paralysées depuis douze ans.

Existence de l'OMC menacée

De nombreux responsables ont également souligné qu'un échec à Bali aurait menacé jusqu'à l'existence même de l'OMC, voire de l'ensemble du multilatéralisme.

La réunion ministérielle, qui devait se terminer vers 15 heures locales (8 heures suisses), a dû être prolongée pour permettre d'ultimes tractations afin de convaincre New Delhi d'assouplir sa position. L'Inde exigeait que soit aboli le plafond imposé par l'OMC aux subventions agricoles, dans le cas où ces dernières serviraient à la mise en œuvre de programmes alimentaires.

New Delhi, disant parler au nom des 46 pays en développement du G33, veut en particulier offrir à prix artificiellement bas des denrées alimentaires de base à près de 800 millions de pauvres.

Derrière les apparences humanitaires, les critiques accusent l'Inde de prendre en otages les discussions à l'OMC pour des visées électorales: le gouvernement indien est en difficulté dans les sondages, à l'approche d'un scrutin national.

La demande indienne a suscité la ferme opposition des Etats-Unis en particulier, mais également de pays du Sud, comme le Pakistan, qui craint de voir des produits agricoles indiens subventionnés inondés son marché.

Le conflit a bloqué des mois de pré-négociations à Genève au niveau des ambassadeurs, puis quatre jours de nouvelles discussions à Bali entre les ministres.
Myriam Amara

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Globus à la baisse en 2012
Mario Monti ouvrira la grand-messe davosienne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."