Bilan

A Zurich, un quartier dévolu à la créativité

L’ancienne friche industrielle Binz s’est transformée en un biotope destiné à l’économie créative. Designers, architectes et startupeurs partagent le site avec les noctambules.
  • Binz pratique le mélange des genres. Des bureaux dans le Tic Tric Trac...

    Crédits: Dr
  • ... le restaurant Binz & Kunz

    Crédits: Dr
  • ... et le bâtiment Supertanker.

    Crédits: Dr

Quelques hipsters (ces jeunes gens modernes à barbe et chemise de bûcheron), deux architectes à lunettes carrées, trois manutentionnaires en combinaison de travail; voilà la clientèle qu’accueille le Daizy, café branché installé dans le bâtiment Tic Tric Trac, fraîchement inauguré dans le quartier de Binz. Alors qu’à Zurich les bureaux inoccupés abondent, le taux d’occupation des locaux situés dans cette zone figure parmi les plus élevés de la ville. Situé au sud du centre, ce faubourg constitue la dernière des friches industrielles zurichoises à avoir effectué sa mue. Tandis qu’un bloc de logements neufs très prisés s’étire entre les anciennes rangées d’usines, les entrepôts s’effacent au profit des héros de l’économie créative.

«L’économie créative constitue un des axes de croissance définis par les autorités. La Ville s’emploie à créer des écosystèmes favorables à ce type d’activités présentant un fort potentiel pour l’avenir», explique Anna Schindler, directrice du développement de la ville de Zurich. Fuyant Zuri-West, ce nouveau quartier maintenant complètement «gentrifié» au pied de la Prime Tower, les startups arrivent en nombre. 

Parmi les nouveaux venus, la jeune pousse zurichoise Felfel qui veut offrir de la nourriture saine aux employés des entreprises ou la société Ava qui connaît un succès international avec son bracelet connecté indiquant aux femmes les périodes où elles sont fertiles. Significatif: le Géorgien Demna Gvasalia, créateur du label de mode pointu Vetements, a quitté Paris pour venir déposer ses valises dans cette pépinière de talents. Ces acteurs semblent avoir trouvé un port d’attache dans ce quartier qui a pour carte de visite le mélange des genres entre ateliers industriels toujours en activité, de traditionnelles entreprises de logistique et le dernier cri de l’invention. 

«Un terreau idéal pour la culture»

Cette réussite trouve son origine dans une collaboration entre le propriétaire immobilier Swiss Life et un bureau d’architecte spécialisé dans les occupations temporaires d’espaces urbains, Fischer Immobilien. En 2004, les deux protagonistes s’associent pour réaliser le bâtiment Supertanker à partir du dépôt du distributeur disparu EPA. Chez Fischer, les architectes Iris Vollenweider et Andreas Hofer ont imaginé une reconversion aux activités digitales. 

Iris Vollenweider est aussi derrière l’idée du «Basislager» qui a occupé un site du même quartier entre 2009 et 2014. Ce village de containers a abrité, durant cinq ans, une soixantaine de petites sociétés actives dans le domaine de la création. Cette installation provisoire a maintenant cédé la place à la construction Tic Tric Trac. Des loyers bas et des équipements minimaux doivent permettre un maximum de flexibilité. «Faire venir des premiers locataires dans cette zone abandonnée nous a demandé beaucoup d’efforts, dévoile Iris Vollenweider. Mais la demande s’est rapidement accrue en raison d’un besoin constant pour ce genre de locaux.» 

Le soir venu, les noctambules affluent. Le restaurant et magasin de vin Smith and de Luma ou l’espace alternatif Kunst und Beiz attirent une population de trentenaires à la recherche de nouvelles adresses. Anna Schindler prolonge: «Des loyers modérés associés à la mixité des activités créent un terreau idéal pour la scène culturelle.»

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."