Bilan

A Davos, la Chine réitère l'éloge du libre-échange

La Chine va s'engager dans des réformes supplémentaires pour s'ouvrir davantage, a assuré à Davos l'architecte de la politique économique chinoise.

Le discours de M. Liu s'inscrivait dans le sillage du discours marquant prononcé un an auparavant au même endroit par le président Xi Jinping lui-même.

Crédits: afp

La Chine va s'engager dans des réformes supplémentaires pour s'ouvrir davantage, a assuré mercredi à Davos l'architecte de la politique économique chinoise, réitérant l'éloge du libre-échange qu'avait fait le président chinois Xi Jinping l'an dernier devant le même forum.

"Nous nous élevons contre toutes les formes de protectionnisme (...) L'ouverture est cruciale non seulement pour la Chine mais pour le monde entier", a ainsi martelé Liu He, le puissant conseiller économique de Xi Jinping.

Pékin "va adopter des mesures supplémentaires" pour s'ouvrir encore davantage et rendre son économie "plus accessible" aux investisseurs internationaux, a poursuivi M. Liu, promettant "des mesures qui vont dépasser les attentes du monde".

Le géant asiatique devrait ainsi assouplir ses restrictions pour les entreprises étrangères dans le secteur financier et bancaire, dans l'industrie manufacturière et dans certains pans du secteur des services, a expliqué le haut responsable.

La Chine va également travailler "à mieux protéger la propriété intellectuelle" et à "abaisser graduellement les droits de douanes" très élevés qu'elle impose sur les importations d'automobiles, a poursuivi Liu He... sans fournir de calendrier ni de précisions.

Les voitures importées en Chine font l'objet d'une taxe prohibitive d'au moins 25%: une pomme de discorde avec Washington, qui cite volontiers cet exemple pour fustiger les politiques commerciales "protectionnistes" du régime communiste. Pékin s'était cependant déjà engagé en novembre à réduire ces droits "à un rythme approprié".

Le discours de M. Liu, délivré devant l'élite économique du Forum économique mondial, s'inscrivait explicitement dans le sillage du discours marquant prononcé un an auparavant au même endroit par le président Xi Jinping lui-même.

M. Xi avait fait sensation à Davos en s'y faisant, de façon inattendue, le chantre du libre-échange et de la mondialisation, au moment où l'arrivée au pouvoir de Donald Trump faisait craindre un regain protectionniste aux Etats-Unis.

Or, depuis, "la Chine s'est appliquée à suivre ses principes (...) Nous avons promu la juste concurrence, élargi l'accès à nos marchés financiers et pris des mesures pour doper nos importations", a commenté M. Liu mercredi.

Et alors que la Chine célèbre le 40e anniversaire "des réformes et de l'ouverture" du pays, qui ont donné en 1978 le coup d'envoi à quatre décennies d'une spectaculaire croissance, le régime "va le commémorer en adoptant encore davantage de nouvelles mesures", a-t-il ajouté.

Liu He, considéré comme le puissant chef d'orchestre de la politique économique chinoise et longtemps resté dans l'ombre, est entré en octobre dernier dans le groupe des 25 plus hauts dirigeants du Parti communiste au pouvoir en Chine.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."