Bilan

A 125 ans, l'Ecole Hôtelière de Lausanne se réinvente

Meilleur institut de formation au monde dans son domaine, l'Ecole Hôtelière de Lausanne a fêté son 125e anniversaire lundi 15 octobre. L'occasion de se projeter dans l'avenir proche avec le nouveau campus lausannois, mais aussi les sites de Passugg, dans les Grisons et de Singapour.

  • Le nouveau campus lausannois devrait voir le jour d'ici 2021.

    Crédits: DR
  • Le nouveau campus lausannois devrait voir le jour d'ici 2021.

    Crédits: DR

Si le 125e anniversaire n'a pas le même impact symbolique que d'autres millésime comme celui des 100 ou des 150 ans, la 125e bougie de l'Ecole Hôtelière de Lausanne (EHL) intervient à un moment clef pour le secteur. Lors du 100e anniversaire de l'EHL, le web était balbutiant et le secteur de l'hôtellerie fonctionnait sur des modèles hérités pour la plupart du début du XXe siècle. Quant aux autres secteurs de l'économie, comme le luxe ou la finance, ils s'appuyaient encore sur leurs propres canaux de formations et ne venaient pas recruter dans les écoles hôtelières.

Lire aussi: L'Ecole hôtelière de Lausanne rachète une école grisonne

Vingt-cinq ans plus tard, la donne a changé. La numérisation a révolutionné le secteur du tourisme et de l'hôtellerie, de nouveaux acteurs (Booking, Airbnb, Tripadvisor) sont venus disrupter ce domaine. Et la recherche de talents dont les soft skills sont à la pointe ont poussé des grandes banques, des marques horlogères ou des spécialistes de l'aviation à venir recruter les meilleurs élèves des écoles hôtelières.

De l'Hôtel d'Angleterre à Singapour

Dans ce contexte, le 125e anniversaire d'une institution aussi prestigieuse que l'EHL (invariablement classée au 1er rang mondial de son domaine depuis de nombreuses années) prend un tout autre sens. Et la cérémonie qui s'est tenue lundi soir à Lausanne en présence de nombreux partenaires et des autorités cantonales et fédérales marque la volonté de l'EHL d'affirmer un nouveau cap: 125 ans jour pour jour après que le fondateur Jacques Tschumi a ouvert l'établissement aux 27 premiers étudiants à l'Hôtel d'Angleterre, son lointain successeur Michel Rochat entend aujourd'hui réinventer l'école, sans rien renier de son héritage. Un numéro d'équilibriste et de visionnaire complexe à mener et ambitieux.

«Comme il est de coutume, l’EHL prend un temps d’avance sur son époque. De cette toute petite première classe, l’EHL est devenue un groupe international qui offre une palette complète de solutions de formation, fort de deux campus en Suisse et un troisième qui se prépare en Asie. Le groupe s’appuie sur un réseau d’alumni aux quatre coins du monde, engendre des projets de recherche et des partenariats qui font naitre d’importantes innovations et tout cela avec une totale intégration du numérique dans la feuille de route. L’EHL, c’est un état esprit, une façon d’être au monde qui se transmet de génération en génération. Parcourez les couloirs de l’école, parlez à nos étudiants, regardez leurs yeux briller et vous serez enivré par leur enthousiasme. C’est une fierté de poursuivre le projet de Jacques Tschumi, à une période si réjouissante pour le Groupe EHL», a notamment déclaré Michel Rochat, CEO du Groupe EHL.

Lire aussi: Joël Robuchon ouvre à Genève et est distingué par l’EHL

Au-delà du siège lausannois, l'EHL est en effet devenu un véritable groupe. Si l'institution vaudoise a longtemps hésité à suivre la même voie que d'autres groupes suisses du secteur ayant ouvert des écoles à l'étranger, cette direction est désormais clairement assumée. L'Asie, eldorado de l'hôtellerie haut-de-gamme depuis l'aube du XXIe siècle verra donc naître sur son sol, à Singapour, le premier site estampillé EHL hors de Suisse.

Ce campus de Singapour devrait ouvrir ses portes dès 2020 et accueillir des centaines d'étudiants. Une ouverture majeure pour marquer la présence de l'EHL sur ce continent d'où sont issus des milliers de managers d'hôtels à travers le monde chaque année. Un site qui permettra aux étudiants de passer un semestre à l'étranger afin d'ouvrir les jeunes sur d'autres cultures. 

Pas question toutefois de renoncer à l'âme helvétique de l'EHL. Que ce soit sur le campus lausannois, en pleine mutation, ou sur celui de Passugg, dans les Grisons (où l'EHL a racheté une école professionnelle), l'innovation est désormais aussi importante que l'héritage. Pas question pour les responsables pédagogiques de perpétuer sans le renouveler un modèle qui a fait le succès de l'école depuis des décennies.

L'importance des alumni

Car la recherche et l'innovation ont pris un nouveau tournant avec le digital. Si les matériaux ou l'architecture des établissements hôteliers restent importants, les acteurs du secteur se doivent de penser le séjour de leurs hôtes dans sa globalité, depuis la recherche d'un point de chute jusqu'au service après-vente et au suivi des évaluations sur les portails de notation. La numérisation de l'économie a bouleversé le secteur mais permet de repenser l'expérience de l'hospitalité dans son sens le plus large. Et pour accompagner cette réflexion, un incubateur de startups liées à ces activités a été imaginé sur le site lausannois.

Un site lausannois en plein chantier. Le nouveau campus, qui ouvrira ses portes en 2021, devrait porter la capacité de l'EHL à plus de 3000 étudiants, avec notamment 860 lits sur ce site. Conçu de manière innovante et durable, en associant les étudiants, des alumni et des spécialistes, le nouveau campus sis sur le site du Chalet-à-Gobet (siège de l'EHL depuis 1974) fera la part belle aux énergies renouvelables et notamment à la géothermie, ainsi qu'aux économies d'énergie avec le standart Minergie-P. Sans oublier un potager en permaculture, développé avec une ancienne de l'école, Jessica Sbaraglia, fondatrice de Terre de Monaco.

Autre atout pour rester en phase avec les aspirations nouvelles des clients: le réseau des alumni. Avec 25'000 membres aujourd'hui, actifs évidemment dans l'hôtellerie mais aussi les secteurs du luxe, des voyages, de la finance et de l'innovation, ce cercle d'anciens très soudés, présent dans plus de 150 pays, conserve un attachement très fort à l'école lausannoise et alimente la réflexion continuelle qui permet à l'établissement de se remettre en question et de se renouveler en repensant ses recherches, ses enseignements, ses contenus éducatifs et la forme qui leur est donnée.

Un facteur humain crucial au XXIe siècle, comme l'a rappelé le Conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann lundi soir: «L'humain exige l'humain. La numérisation ne pourra pas remplacer cela avant longtemps», a-t-il assuré, confiant sa joie de rencontrer partout à travers le monde des anciens de l'EHL lors des voyages inhérents à sa fonction, des «ambassadeurs de l'excellence suisse». Un avis partagé par le conseiller d'Etat vaudois Philippe Leuba, qui a salué «125 ans d'une riche histoire, et les 125 prochaines années qui s'annoncent très riches aussi».

Lire aussi: Les écoles hôtelières suisses sont au sommet

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."