Bilan

«Nous voulons une diversité des investisseurs»

Le vice-président du Liberia, Joseph Boakai, a rencontré les conseillers fédéraux Alain Berset et Guy Parmelin.

De gauche à droite, Robert Blum, président du Cercle diplomatique de Genève, Alain Berset, conseiller fédéral, son excellence Joseph Myuma Boakai et Jurg Stäubli, vice-président du Cercle diplomatique de Genève.

Crédits: Pierre-Michel Virot

Candidat aux prochaines élections présidentielles en octobre prochain dans son pays, le Liberia, le vice-président Joseph Boakai était de passage en Suisse les 23 et 24 mars. D

urant sa visite, il a réussi à enchaîner une rencontre officielle à Berne avec le conseiller fédéral Alain Berset, des discussions avec le Danois Michael Moeller, directeur général de l'ONU à Genève, d'autres avec la Dr. Margaret Chan, directrice générale de l'OMS, une brève entrevue au Conseil suisse de la presse avec le conseiller fédéral Guy Parmelin, une rencontre avec Kofi Annan qui fut le septième secrétaire général des Nations-Unies et qui reçu le Prix Nobel de la paix en décembre 2001, ou encore une conférence au Cercle Diplomatique de Genève le 23 mars.

Relations humanitaires 

Suite aux discussions qu'il a eues à Berne avec le conseiller fédéral Alain Berset, le vice-président du Liberia a demandé à Jurg Stäubli et à Paul Tate, chargé d'affaires, de présenter un projet d'ouverture d'une ambassade à Berne. A l'heure actuelle, il n'existe qu'une mission auprès des organisations internationales qui couvre la Suisse alors qu'elle se situe à Paris... Les deux hommes doivent également préparer les futures discussions relatives aux relations humanitaires, entre autres. Rencontré entre deux rendez-vous, le vice-président n'a pas caché avoir été très impressionné par ses interlocuteurs, en particulier Messieurs Berset, Moeller et Annan, ainsi que par la directrice générale de l'OMS.

"Le gouvernement suisse entretient d'excellentes relations avec le Liberia depuis l'élection démocratique d'Ellen Johnson Sirleaf, fin 2005, la première femme élue à un tel poste sur le continent africain. Il a même accepté d'effacer une dette de plusieurs millions de francs relatives à des dépenses médicales", nous a confié Joseph Boakai.

Rappelons que ce pays qui sortait d'une guerre civile (entre 1989 et 1997) a été ravagé par le virus Ebola entre 2014 et 2015. Il se relève ainsi progressivement. La centrale hydro-électrique de Mount Coffee, à 40 km de la capitale Monrovia, a été remise en service le 15 décembre dernier. Détruite pendant la guerre civile, elle a été réhabilité. Cela a représenté une dépense de 357 millions de dollars, permise par des financements américains, norvégiens, allemands et de l'Union européenne. Le gouvernement en place, dont la présidente a été la corécipendiaire du Prix Nobel de la paix en 2011, peut se targuer d'avoir contribué à faire passer le produit intérieur brut de 550 millions à 2,2 milliards de dollars.

Séduire des investisseurs 

 

Le revenu net moyen par habitant a bondi de 120 à 440 dollars. La dette du pays a été fortement diminuée: passant de 643% à 43% du PIB. Le taux d'endettement a baissé également. De quoi permettre au candidat du parti au pouvoir, Joseph Boakai, de se présenter sereinement devant ses électeurs cet automne.

Et surtout, de quoi lui permettre de venir en Europe séduire des investisseurs potentiels avec une certaine crédibilité. "Nous voulons absolument diversifier l'origine des investisseurs et nous croyons énormément dans la qualité des compagnies suisses. Le Liberia bénéficie de nombreuses ressources encores inexploitées, par manque d'infrastructures. N'oubliez pas que 45% de l'ensemble des forêts d'hévéas en Afrique se trouve dans mon pays. Depuis 2006, le Liberia bénéficie d'une relle stabilité politique et d'un état de droit renforcé. Il nous manque surtout certaines infrastructures pour relier le nord et le sud à la capitale, de quoi permettre de développer l'emploi, notamment auprès des jeunes", nous a déclaré le vice-président. Ce dernier plaide pour la continuité, ceci afin de poursuivre la lutte contre la corruption et pour le désendettement du pays. Le Liberia comporte pas moins de 22 partis politiques à l'heure actuelle 

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef adjoint à Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également responsable du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."