Bilan

«Nous n’abandonnons pas le Golf Resort La Gruyère»

Malgré plusieurs reports,le projet de construction d’un resort au bord du lac de la Gruyère de 200 millions de francs se concrétisera. Son responsable, Urs Müller, s’explique.

C’est un projet d’envergure pour la région avec un investissement total d’environ 200 millions de francs. En 2009, une société de participations du Savoyard Michel Benedetti - actif dans les travaux publics et les constructions de golfs - acquérait le Golf de Pont-la-Ville en Gruyère dans le but de le transformer en un vaste resort. La dernière présentation du projet remonte au mois de novembre 2014. Il prévoit l’aménagement d’un hôtel 5 étoiles de 80 à 100 chambres et suites, d’un spa de 3’000 à 4’000 mètres carrés, de quatre restaurants, d’un bâtiment destiné à accueillir des séminaires et d’appartements de haut standing (en résidences principales et secondaires). Or, neuf mois plus tard, aucun coup de pioche n’a encore été donné. Urs Müller, administrateur de la société de promotion «Golf de la Gruyère», s’explique :

En novembre 2014, vous aviez annoncé votre intention de mettre à l’enquête la construction des 23 premiers logements en décembre 2014, puis d’entreprendre la même démarche pour l’hôtel et le spa en été 2015. Pourquoi ces deux procédures n’ont-elles pas encore été effectuées?

Nous avons pris du retard en raison de difficultés techniques liées à une légère modification du plan d’aménagement de détail approuvé en 2014 par l’autorité administrative, et en raison des négociations consécutives à l’élargissement de notre actionnariat.

A quelle date comptez-vous déposer une demande de permis de construire?

Si tout se passe comme prévu, entre le 15 et le 20 septembre prochain pour les premiers appartements et dans environ 9 mois pour la réalisation de l’hôtel et du spa.  Etant donné l’importance du projet, notre objectif est de lancer la phase réalisation du projet sur des bases financières solides.

A quel moment envisagez-vous de commercialiser les premiers appartements?

Pour l’instant, nous n’avons pas ouvert notre bureau de vente.  Nous prévoyons de le faire dès le mois de mai 2016.

Un document que Bilan a pu consulter montre que le prix de vente de certains logements attendrait 18'000 francs le mètre carré. N’est-ce pas déraisonnable?

Je ne peux pas me prononcer sur ces chiffres car nous n’avons pas fixé définitivement le prix de vente des appartements.

La force du franc n’entravera-t-elle pas la recherche d’acquéreurs?

Non. Avec l’agrandissement du golf, porté à un niveau international, un spa-wellness de 3'000 à 4'000 mètres carrés et une hôtellerie de très haute qualité, nous offrirons sur un site exceptionnel animé toute l’année un produit qui répond aux attentes de nos futurs acquéreurs.

Vous avez aussi promis de verser à la commune de Pont-la-Ville des avances sur les droits de mutation découlant de la vente des appartements. Or, elle n’a reçu aucun montant. Pourquoi ?

Comme nous avons pris du retard dans la réalisation du projet, nous avons dû retarder cet engagement. Notre promesse envers la commune sera respectée, les premiers versements étant prévus pour fin 2015.

En décembre 2014, vous aviez décidé de communiquer le nom de nouveaux actionnaires au mois de janvier 2015. Aujourd’hui, on ne connaît toujours pas leurs identités. Pourquoi?

Les négociations se sont avérées plus longues compte tenu de l’importance du projet. Deux nouveaux actionnaires ont été désignés. Ils apporteront au total entre 15 et 20 millions de francs. Leurs noms seront communiqués d’ici la fin de cette année.

De quelle nationalité sont-ils?

Ce sont des Suisses.

Restez-vous actionnaire?

Bien sûr que oui, aux côtés de l’actionnaire historique du projet et des nouveaux actionnaires. Je rappelle que c’est grâce à l’engagement financier important du groupe de Michel Benedetti depuis 2009 que nous avons pu réussir le montage de ce magnifique projet.

Certains doutent de votre volonté de réaliser ce projet lancé en 2009?

Notre projet est certes important, mais il repose sur une analyse approfondie du marché et l’expérience de tous nos intervenants. Il n’y a aucune raison d’abandonner sa réalisation. Sa programmation, son phasage, sa dimension et la qualité du site seront les garants de la réussite touristique et financière. La durée de réalisation sera d’environ cinq ans, avec à la clef la création d’environ 160 emplois et d’autres retombées collatérales dont va bénéficier toute la région.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."