Bilan

«Le système de santé est trop cloisonné»

Un système de santé idéal? Les tentatives de réforme ont toujours échoué en votation populaire. L’expert Michael Jordi propose des pistes pour mieux maîtriser les coûts.

Le recours généralisé aux appareils d’imagerie médicale en ambulatoire fait bondir les coûts.

Crédits: Uwimages/Fotolia

Si le retour des hirondelles marque le début du printemps, d’inéluctables hausses de primes de caisses maladie ont joué ce même rôle pour la saison d’automne. En 2015, les coûts de la santé en Suisse devraient augmenter de 3,5%, selon les projections de santésuisse, l’association faîtière des caisses maladie.

Lire aussi: Les coûts vont augmenter plus fortement ces prochaines années 

D’où des augmentations de prime de 3 à 4% en moyenne en 2016. Un poste qui grève le budget des familles de classe moyenne. Selon l’OFS, l’Office fédéral de la statistique, les dépenses pour les prestations de santé ont progressé beaucoup plus vite que la richesse nationale durant ces cinquante dernières années. Leur part a plus que doublé entre 1960 et 2009, passant de 4,9 à 11,4% du produit intérieur brut.

«Les tentatives de réforme du système de santé échouent régulièrement en votation populaire, analyse Michael Jordi, secrétaire central de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé. Dernier scrutin en date, l’initiative pour une caisse unique a été refusée à 62% en 2014. On peut en déduire que les citoyens sont globalement satisfaits de la qualité des prestations, même s’ils déplorent l’explosion des prix. A mon sens, il faut concentrer nos efforts sur l’optimisation et la rationalisation du système de soins, afin de réaliser des économies.»

Le système de santé suisse repose sur des acteurs aux intérêts contradictoires, présentés ici de manière schématique. Les caisses maladie et leur puissant lobby santésuisse reprochent aux spécialistes de générer des consultations du simple fait de l’ouverture de cabinets. Défendus par un autre puissant lobby, la FMH, les médecins affirment travailler dans l’intérêt des patients et accusent les caisses de privilégier leurs propres profits.

Dans le collimateur des caisses: le recours généralisé aux appareils d’imagerie médicale en ambulatoire (IRM et scanner) qui fait bondir les coûts. Mais au niveau des hôpitaux, la centralisation des équipements les plus coûteux se heurte au fédéralisme et aux prérogatives des cantons.

«La demande crée l’offre»

Michael Jordi évoque différentes pistes: «Plus il existe d’équipements de diagnostic, plus on les utilise. La demande crée l’offre. Une meilleure coordination des capacités existantes permettrait de substantielles économies. Il faudrait aussi créer des chaînes de prestations pour, par exemple, le suivi du diabète, dont les soins sont très chers. La généralisation du dossier médical électronique, déjà utilisé à Genève, doit permettre d’améliorer la qualité et la sécurité pour le patient, tout en limitant les frais administratifs.»

Avec le vieillissement de la population, une meilleure gestion du système de santé passe par des initiatives pour la prise en charge des troubles liés à l’âge. Ces vingt prochaines années, le nombre des plus de 80 ans doit décupler. Or notre système de santé reste cloisonné, focalisé sur le traitement ponctuel des épisodes de maladies aiguës sans regard global sur la trajectoire du patient.

Michael Jordi reprend: «Il serait souhaitable d’établir des programmes autour des maladies liées à l’âge comme la démence, par exemple, qui intègre l’entourage des patients. Toutes les personnes concernées doivent être consultées afin de trouver la meilleure prise en charge possible.»  

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."