Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

«L’EPFL est un fournisseur de talents pour toute la Suisse»

Le mathématicien Martin Vetterli est à l’origine de plusieurs start-up comme Dartfish ou Illusonic.
1 / 3

Qu’aimeriez-vous faire de votre présidence de l’EPFL? - -

Comment allez-vous vous y prendre? - -

Lesquels, par exemple? - -

A propos de vos vice-présidents justement, personne de l’ancienne équipe n’a été maintenu. Pourquoi? - -

Pour reproduire la gouvernance d’une entreprise? - -

Et cela l’accélère aussi. Au point de donner le tournis parfois, non? - -

Et c’est aussi plus anxiogène avec les promesses de l’intelligence artificielle de remplacer les jobs… - -

Vos collègues américains sont très inquiets. L’occasion pour vous d’attirer quelques sommités? - -

Votre prédécesseur disait qu’il préférerait avoir un Google qu’un Prix Nobel. Et vous ? - -

Cela ne passe-t-il pas par la création d’une business school un peu comme la Sloane School du MIT? - -

Pas de nouveau bâtiment totem alors? - -

Et un deuxième Innovation Park? - -

Dans l’économie, votre prédécesseur s’appuyait sur un conseil stratégique, le SAB, composé des principaux capitaines d’industrie de la région. Allez-vous maintenir cette structure? - -

Vous êtes d’origine alémanique et connaissez bien la Berne fédérale. Peut-on s’attendre à une augmentation de la part de l’EPFL dans le budget? - -

Pour rééquilibrer vis-à-vis du nombre d’étudiants étrangers à l’EPFL qui est parfois critiqué ? - -