Bilan

«L’économie des classes moyennes» selon Obama

Le président américain a présenté lundi son budget pour l’année fiscale 2016 avec pour but de lancer la discussion sur les inégalités de revenus aux Etats-Unis. La dette, elle, continuera de croître.

Le président américain veut réduire les inégalités de revenus en baissant les impôts sur les classes moyennes.

Crédits: Dr

Barack Obama s’est efforcé lundi de donner à la majorité républicaine au Congrès un cours d’”économie des classes moyennes”. Ce concept lancé en début de l’année par le président américain et qui donnera le ton de ses deux dernières années à la Maison-Blanche, s’est étoffé hier lors de la présentation d’un budget de 4000 milliards de dollars à la fois ambitieux et utopique pour l’année fiscale 2016. Emmenés par John Boehner, le président de la Chambre des Représentants, les conservateurs ont d’ailleurs aussitôt balayé les propositions du président.

L’ “économie des classes moyennes” version Obama, a un moteur: elle vise à réduire les inégalités de revenus croissantes aux Etats-Unis en baissant les impôts sur les classes moyennes et en introduisant des taxes sur les grandes banques et les compagnies actives à l’étranger. Cette politique n’a pas pour ambition d’éliminer les déficits, ni de réduire la dette américaine, mais plutôt de stabiliser le déficit à une proportion du PIB qui reste “viable” à long terme.

Le mois dernier, la Cour des Comptes américaine avait prévu que le déficit du budget américain passerait à 2,6% du PIB cette année, son niveau le plus bas depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison-Blanche en 2009. Selon le budget proposé hier, cette proportion resterait stable d’ici 2025. “La dette reste bien trop élevée dans ce budget”, réagit Maya MacGuineas, une économiste au Comité pour un budget fédéral responsable à Washington. “Elle reste à un niveau historique et les Etats-Unis sont sur une voie dangereuse. Nous sommes déçus que la Maison-Blanche ne fasse rien de plus pour essayer de contrôler la dette”.

18 000 milliards de dette 

En décembre 2014, la dette américaine a passé le seuil des 18 000 milliards de dollars. Selon les projections citées par Maya MacGuineas, celle-ci va encore croître de 7500 milliards de dollars ces 10 prochaines années et les intérêts qu’elle générera atteindront les 800 milliards de dollars par année. Malgré ces sombres prévisions, Barack Obama plaide dans son budget en faveur de la gratuité des deux premières années d’enseignement dans les universités publiques, et d’investissements dans la lutte contre le réchauffement climatique et dans les infrastructures aux Etats-Unis. “Nous pouvons nous permettre de faire ces investissements tout en restant responsables au niveau fiscal”, a-t-il affirmé lundi.

Le président demande aussi le remplacement des coupes budgétaires automatiques entrées en vigueur en 2013 et qui pourraient à nouveau frapper les Etats-Unis de plein fouet en 2016. Mais dans l’immédiat, le budget qu’il a présenté lundi dans les locaux du Département de la Sécurité intérieure, a pour but de montrer aux Américains que les démocrates se préoccupent du sort des classes moyennes. Le président met aussi les républicains au défi de ne pas assurer le financement du Département de la Sécurité intérieure. Ces derniers avaient décidé à la fin 2014 de lui couper les vivres à partir du 27 février pour protester contre la décision de Barack Obama de légaliser des millions de sans-papiers.

Jean-Cosme Delaloye

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."