Bilan

«Il faut appliquer les règles anti-dumping salarial aux femmes»

Manuela Honegger, fondatrice de LALISTE, estime que la réforme en cours de la loi sur l’égalité salariale ne concernerait que 1% à 2% des entreprises, et veut que Genève applique aux femmes les mêmes règles anti-dumping appliquées dans le cadre de la libre circulation.

Manuela Honegger, fondatrice du collectif de femmes LALISTE, trouve le projet Sommaruga insuffisant.

Le projet de modification de la loi sur l’égalité, porté par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, fait débat au parlement suisse et en dehors. La réforme veut contraindre les entreprises à un contrôle externe qui permette de définir si elles appliquent une véritable égalité de salaires entre femmes et hommes, qui affichent toujours un écart de 18% (totalement inexpliqué dans 40% des cas). Or, cette proposition ne concerne en réalité qu’une infime partie des entreprises suisses. Critiques et solutions avec Manuela Honegger, fondatrice du collectif de femmes LALISTE.

Lire aussi: L'inégalité homme-femme se creuse après 10 ans de progrès, selon le WEF

Bilan: Vous reprochez au projet Sommaruga le fait qu’il ne concerne que très peu d’entreprises. L’estimez-vous insuffisant ?

Manuela Honegger: Totalement insuffisant. Le rapport d'expertise de Karine Lempen, professeure à l’Université de Genève, pour le bureau de l'égalité, a montré qu’à Genève, seules 2,4% des entreprises seraient soumises au contrôle s’il ne s’exerce que sur les entreprises de plus de 50 employés. Or il est maintenant question de contrôler seulement les entreprises de 100 employés. Dans ce cas, on exclurait 99% d'entreprises.

Quels autres reproches avez-vous à l’égard de la proposition du Conseil fédéral ?

Aucune sanction est prévue. La contrainte oblige seulement les entreprises à accepter qu’il y ait un contrôle externe, qui va déboucher sur un rapport, mais sans aucune conséquence. Pour moi, c'est la démonstration que les femmes n'ont pas de lobby opérant à Berne ; personne de ne défend nos intérêts au Parlement. 

Vous avez étudié le problème en profondeur. Quelles solutions seraient efficaces ?

Ce que nous, Laliste, proposons maintenant à Genève, c’est de s’inspirer des règles en vigueur dans le cadre de la libre circulation. En effet, Genève est un des cantons qui contrôle le plus sévèrement les écarts de salaires entre les étrangers et les Suisses, ceci afin de lutter contre le travail non déclaré ou ce qu'on appelle le travail au noir. Deux mesures existent et des sanctions sont appliquées. Premièrement, on fixe des contrats-types: un étranger et un Suisse doivent avoir le même contrat. Deuxièmement, on étend les conventions collectives aux étrangers. En cas de non-respect, l'Etat fait des contrôles et les syndicats ou partenaires sociaux veillent à l’application des conventions. Des sanctions sont prévues en cas de non respect. Nous, Laliste, exigeons d'appliquer exactement les mêmes mesures pour ce qu'on appelle le "dumping salarial" des femmes. A partir de ce lundi 26 février, nous ferons campagne dans ce sens. 

Vous voulez donc les mêmes règles pour les femmes que pour les étrangers ?

Actuellement, ce qu’on est prêts à appliquer en termes de règles anti-dumping salarial, on n’est pas prêts à l’appliquer aux femmes. Je salue cette protection des étrangers. Elle montre qu’on a, en réalité, tous les mécanismes qu’il faut pour réguler efficacement les différences de salaires hommes-femmes et le cas échéant de prononcer des sanctions. J'appelle le Conseil d'Etat genevois à appliquer les mêmes mesures et, en cas de non respect de l’égalité salariale hommes-femmes, d’être prêt à appliquer des sanctions.

Lire aussi: «La Suisse a chuté en matière d’égalité hommes-femmes»

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."