Bilan

"America First" ne signifie pas l'isolement des Etats-Unis, selon Donald Trump

Donald Trump a promis vendredi au monde "l'amitié" et "la coopération" des Etats-Unis dans son discours au Forum économique mondial à Davos.

Donald Trump est le premier président américain à se rendre à Davos depuis Bill Clinton en 2000.

Crédits: keystone

Donald Trump a promis vendredi au monde "l'amitié" et "la coopération" des Etats-Unis. Le programme "America First" (l'Amérique d'abord) n'équivaut pas à un isolement des Etats-Unis, a-t-il déclaré dans son discours au Forum économique mondial (WEF) à Davos (GR).

"Je ferai toujours passer l'Amérique d'abord, tout comme les dirigeants d'autres pays devraient le faire aussi. Mais l'Amérique d'abord ne signifie pas l'Amérique seule", a déclaré le président des Etats-Unis devant le Forum économique mondial (WEF).

"Je suis là pour représenter les intérêts du peuple américain et pour affirmer l'amitié et la coopération des Etats-Unis pour construire un monde meilleur", a-t-il ajouté, dans un discours tout entier destiné à rassurer les partenaires commerciaux et diplomatiques de Washington.

Pour un commerce "équitable"

"Nous sommes en faveur du libre-échange, mais il doit être juste, et il doit être réciproque", a encore dit le milliardaire américain devant une audience toute acquise aux principes du libre-échange et du multilatéralisme. Avant d'avertir que "les Etats-Unis ne fermeront plus les yeux sur les pratiques commerciales inéquitables".

"Nous ne pouvons pas avoir un commerce libre et ouvert si certains pays exploitent le système aux dépens d'autres", a-t-il expliqué. "Le monde observe la résurgence d'une Amérique forte et prospère", a également dit M. Trump, assurant que le moment était idéal pour y investir et créer des emplois.

Pique contre les médias

Donald Trump, premier président américain à se rendre à Davos depuis Bill Clinton en 2000, a ajouté que les régulations étaient une "taxation sournoise".

Son discours s'est révélé très consensuel. Le milliardaire devenu président a toutefois déclenché des huées en s'en prenant à la presse lors d'une courte séance de questions-réponses: "J'ai toujours eu une très bonne presse quand j'étais homme d'affaires. Ce n'est qu'en devenant un homme politique que j'ai réalisé à quel point la presse peut être méchante" et "fausse".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."