Bilan

15% de la population active suisse au chômage partiel

Alors que 15% de la population active suisse est concernée par les mesures de chômage partiel, le Conseil fédéral n'exclue pas d'augmenter les aides à l'économie afin de faire face à la crise provoquée par la pandémie de coronavirus. Dans le même temps, le Tessin a obtenu l'aval de Berne pour suspendre les activités dans certains secteurs.

L'économie suisse tourne au ralenti avec l'aval du Conseil fédéral, afin de lutter contre la propagation du coronavirus.

Crédits: Keystone

Actuellement, plus de 750'000 personnes en Suisse sont au chômage partiel, soit 15% de la population active, a annoncé samedi devant la presse la directrice du SECO Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch. Au Tessin, 39% de la population active est concernée par les heures de travail réduites. Concernant les crédits de liquidités, 15'900 ont été conclus, a-t-elle précisé. Dans certains cantons, le taux est de 20% ou plus. Les secteurs de la gastronomie et de l'hôtellerie sont les plus concernés.

Sur le front des blocages de matériel de secours par d'autres pays, la situation s'est détendue, a assuré la directrice du Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Il n'y a ainsi plus de problèmes avec l'Allemagne et le matériel sera livré sous peu. Avec la France et l'Italie, des solutions partielles ont été trouvées. Les masques bloqués par la France ont été en partie libérés. "Nous avons des contacts au plus haut niveau afin qu'il n'y ait plus de blocages", a souligné Mme Ineichen-Fleisch. D'autres problèmes ont toutefois surgi, comme des formalités de douane et surtout des difficultés de transport et de production, dans le monde entier.

La Confédération pourrait augmenter les aides

Le ministre des finances Ueli Maurer est convaincu que les petites et moyennes entreprises peuvent profiter des mesures d'aide de la Confédération. Si la crise devait se poursuivre au-delà de deux ou trois mois, il est clair que des moyens supplémentaires seront nécessaires.

"Il n'est pas exclu que nous augmentions de nouveau le crédit", a indiqué Ueli Maurer lors de l'émission "Samstagrundschau" de la radio alémanique SRF. Il faisait référence au paquet de 20 milliards de francs décidé par le gouvernement pour aider les PME en matière de liquidités. Les entreprises peuvent ainsi solliciter auprès des banques des crédits cautionnés par la Confédération.

Avec cette mesure, il s'agit avant tout de conserver les emplois, a poursuivi le conseiller fédéral. Pour cela, un équilibre est nécessaire entre l'économie et les banques. Distribuer simplement les recettes fiscales n'est pas une solution. Et d'insister: les entreprises devront rembourser les prêts.

"Il est raisonnable pour une entreprise de s'endetter maintenant", a estimé M. Maurer. Le Confédération a créé les conditions cadres permettant à la plus grande partie des petites entreprises de faire un emprunt. Elles auront un délai de remboursement de cinq à sept ans.

Le Tessin peut limiter ou suspendre temporairement les activités dans certaines branches économiques. Le Conseil fédéral l'a autorisé samedi. Selon les dernières mesures fédérales annoncées vendredi, les cantons peuvent déposer une demande pour fermer temporairement certains secteurs économiques sous des conditions strictes. Le Tessin a fait une demande en ce sens et elle a été acceptée par le Conseil fédéral, a indiqué samedi le porte-parole du gouvernement André Simonazzi sur Twitter.

"Le Conseil fédéral prend acte du fait que la situation épidémiologique au Tessin présente un danger particulier pour la population", a poursuivi M. Simonazzi. "L'approvisionnement en biens et en services, de même que l'approvisionnement des institutions sanitaires demeurent assurés". Les conditions pour obtenir l'aval du gouvernement sont donc remplies. L'autorisation entre en vigueur avec effet rétroactif au 20 mars et a effet jusqu'au 5 avril.

Pas une carte blanche

"Nous nous trouvons dans une situation extraordinaire", a rappelé Martin Dumermuth, directeur de l'Office fédéral de la justice. Le Conseil fédéral peut autoriser certains cantons à prendre des mesures particulières, mais ce n'est pas une carte blanche. Ces mesures concernent uniquement l'économie et elles sont limitées dans le temps.

Les entreprises doivent continuer de travailler, mais les autorités cantonales peuvent les fermer lorsque les mesures d'hygiène ne sont pas remplies. Des secteur entiers peuvent être fermés si le Conseil fédéral a donné son accord. Si des entreprises montrent qu'elles respectent les mesures d'hygiène, elles peuvent continuer de travailler.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."