Bilan

Marchés boursiers : vigueur de la reprise économique remise en doute

Sur les places boursières le doute plane ce mardi. La vigeur et la durée de la reprise économique semblent mises à mal. Les investisseurs préférent prendre leurs bénéfices plutôt que du risque.

En plus des doutes économiques et sanitaires, la situation en Afghanistan, où les talibans ont pris le contrôle après l'effondrement des forces gouvernementales, inquiète les investisseurs.

Crédits: Keystone

La tendance était au replis à la Bourse de New York mardi. La faiblesse des ventes au détail aux Etats-Unis en juillet incitant à la retenue : le Dow Jones lâchait 0,77%, le S&P 500 cédait 0,74% et le Nasdaq chutait de 1,01% peu après l'ouverture.

Du côté européen, vers 14H10 GMT, Milan perdait 0,79%, Paris 0,33% et Francfort 0,17%. Londres prenait de son côté 0,30%. "Les marchés sont de retour dans le rouge mardi, continuant de prendre une partie de leurs bénéfices de ces dernières semaines", observe Craig Erlam, analyste chez Oanda Europe.


L'expert ajoute : "les préoccupations face à la propagation du variant Delta demeurent, particulièrement en Chine, où un durcissement des réglementations dans la technologie a affecté à nouveau les actions du secteur dans la nuit" de lundi à mardi, sans toutefois avoir un gros impact sur les marchés européens et américains.

Toujours selon Craig Erlam, les Bourses sont plutôt dans "une période de retenue" avant la réunion des banquiers centraux du 26 au 28 août à Jackson Hole, où les investisseurs attendent des précisions sur les plans de la Réserve fédérale américaine. "Tout tourne autour de la Fed en ce moment et il est peu probable que cela change à moins que la situation sanitaire liée au variant Delta n'empire sérieusement", souligne-t-il.

En attendant Jackson Hole, considéré comme le rendez-vous majeur de l'été boursier, les opérateurs de marché vont devoir se contenter d'écouter en fin de journée le président de la Fed Jerome Powell répondre aux questions d'enseignants et élèves américains. La Chine a montré au cours des dernières séances un ralentissement de la production industrielle et de la consommation en juillet, suscitant des craintes quant à la trajectoire de la reprise de l'économie mondiale.

Bancaires : mauvaise orientation

Après avoir baissé et affecté les valeurs du secteur bancaire, les taux d'intérêt des obligations d'Etat à 10 ans se stabilisaient en Europe. Pour Paris, Société Générale perdait 2,33% à 26,36 euros, BNP Paribas 2,01% à 52,77 euros et Crédit Agricole 2,07% à 11,93 euros. Pour Londres, Lloyds lâchait 1,3% à 45,03 pence. A Francfort, Deutsche Bank cédait 1,56% à 10,63 euros.

BHP fusionne et décolle

Le géant minier anglo-australien BHP bondissait de 6,16% à 2.421 pence. Il a annoncé la fusion de ses activités dans le pétrole et le gaz avec le groupe australien Woodside, afin de créer un poids lourd mondial du secteur. BHP a en outre enregistré des résultats en forte hausse pour l'exercice décalé achevé fin juin, ce qui lui permet de verser un dividende d'un montant record de 2 dollars par action.

Pétrole, euro et bitcoin

Empêtrés dans une situation économique moins favorable à la demande de brut, notamment en Chine.Les prix du pétrole traversaient leur quatrième séance de baisse consécutive mardi.

En début d'après-midi, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s'effritait de 0,06% à 69,46 dollars à Londres. Tandis qu'à New York, le baril américain de WTI pour septembre perdait 0,33% à 67,07 dollars. L'euro était quasi stable (-0,08%) à 1,1737 dollar et le bitcoin montait de 0,68% à 46.396 dollars.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."