Bilan

L'action Sunrise sous pression à la Bourse suisse

Sunrise a dégainé l'artillerie lourde à l'encontre de son actionnaire de référence Freenet, qui fort d'une participation de près d'un quart bloque le projet de reprise d'UPC.

Sunrise a accusé directement l'organe de surveillance de Freenet d'être en proie à un conflit d'intérêts.

Crédits: Keystone

Malgré une solide performance au 2e trimestre, l'action Sunrise chutait jeudi à la Bourse suisse. Alors que l'opérateur zurichois a profité de la publication de ses résultats pour défendre vigoureusement le rachat du câblo-opérateur UPC auquel son actionnaire de référence allemand Freenet s'oppose, son titre faisait l'objet de prises de bénéfice, après avoir fortement augmenté ces derniers jours.

Chutant d'emblée en ouverture de séance, l'action Sunrise continuait de perdre du terrain en matinée, se négociant vers 10h00 à 75,15 francs, soit une dégringolade de 3,28%. L'indice élargi SPI demeurait dans le même temps quasiment stable, affichant un imperceptible tassement de 0,03%.

S'améliorant au regard de la période correspondante de l'an dernier, en particulier en matière de rentabilité, la performance de Sunrise au 2e trimestre s'est révélée quelque peu supérieure aux attentes, à l'exception des revenus. En repli de 1,7% à 455 millions de francs, le chiffre d'affaires était attendu par le consensus des analystes consultés par AWP à 467 millions.

A 26 millions de francs, le bénéfice net, en hausse de 6,7%, a dépassé les attentes, les experts ayant anticipé en moyenne 21,8 millions. L'Ebitda ajusté, lequel a bondi de plus de 10% à 165 millions a aussi dépassé les anticipations des analystes qui tablaient sur 157 millions.

La question d'UPC

Sunrise a dégainé l'artillerie lourde à l'encontre de son actionnaire de référence Freenet, qui fort d'une participation de près d'un quart bloque le projet de reprise d'UPC. L'opérateur zurichois a reproché à son homologue allemand de ne poursuivre que ses propres intérêts à court terme et de vouloir se décharger sur lui d'une partie du lourd fardeau de sa dette.

Sunrise a accusé directement l'organe de surveillance de Freenet d'être en proie à un conflit d'intérêts. Fort de ce constat, le conseil d'administration de Sunrise a décidé d'exclure les représentants de Freenet des délibérations en cours autour du rapprochement avec le câblo-opérateur désormais diversifié.

L'organe de surveillance rappelle que le groupe allemand souhaite - de son propre aveu - vendre ses parts dans Sunrise afin de redresser sa propre situation financière, quand bien même les dividendes versé par l'opérateur helvétique représentent plus de 15% de son flux annuel de trésorerie disponible.

Dans leurs premiers commentaires, les analystes ont mis en exergue la poursuite de la croissance de Sunrise, à la faveur d'une performance solide. Alors que l'opérateur zurichois a fait part de synergies plus importantes qu'attendues jusqu'alors dans le cadre de la reprise d'UPC, la transaction proposée se révèle rationnelle, a noté la banque Vontobel.

Jefferies souligne pour sa part que l'entreprise zurichoise s'est bien défendue au 2e trimestre, alors même que les conditions de marché sont devenues plus difficiles. L'opérateur se trouve toujours sur le bon chemin.

Goldman Sachs a pour sa part souligné un résultat opérationnel conforme aux attentes, notant aussi le relèvement de l'objectif en la matière pour l'ensemble de l'année, tout comme celui des synergies issues d'une éventuelle fusion avec UPC.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."